Histoires de sexe gratuites Premières histoires de sexe

Ma première expérience d'Escort Girl Lesbienne – Chapitre 2

Ma première expérience d'Escort Girl Lesbienne - Chapitre 2



Revenue dans mon petit studio après cette première expérience dEscort-Girl pour femme, jétais restée assez longuement sous la douche, réfléchissant à ce que je venais de faire ! Une femme mavait baisé contre de largent et javais joui car elle avait réussi à me donner du plaisir ! Donc a priori, jétais plutôt chanceuse mais javais malgré tout un peu honte de ce que je venais de faire. Je navais pas trop apprécié la fessée, surtout la position quelle mavait demandé de prendre pour la recevoir, en travers de ses genoux !

Et puis, ces 3 jeunes mégères dont une mavait vu dans une position peu enviable, cela ménervait profondément, moi dhabitude si pudique ! Bon, cest vrai que la petite enveloppe que « Madame » mavait donné me permettait dencaisser (cest le cas de le dire !) certains de ces désagréments. Javais gagné 200 (moins évidemment la commission de 20% pour ma Patronne) pour une petite heure de « travail » et cela allait bien maider et redonner le sourire à mon banquier

Évidemment, à peine rentrée chez moi, javais reçu un appel téléphonique de ma copine qui voulait savoir comment mon premier RdV sétait passé. Sans trop rentrer dans les détails car un peu honteuse, je lui dis que cétait un peu plus quun simple cunnilingus, que cette cliente avait à priori fait une fixette sur mon cul et quelle mavait parlé de me revoir pour, ce coup-ci, mattacher, ce qui ne me rassurait pas trop !

Ma copine me dit que même si cette cliente ne lavait jamais attachée, elle avait pratiqué cela avec une autre cliente et quêtre attachée tout en se faisant baiser avait décuplé son plaisir ! Et que je devais plutôt me réjouir ! Ah ? Vraiment ? Bon, il faut que jy réfléchisse !

Allongée sur mon lit, je sommeillais lorsque mon I-Phone se mit à sonner. Cétait ma Patronne qui venait elle aussi aux nouvelles en cette fin de journée. Comment avais-je vécu ma première expérience ? Ben, honnêtement, je ne mattendais pas à cela ! Est-ce que cela mavait plu ? Oui et non ! (je sais, cest une réponse de normande mais jai pas mieux !). Puis elle me précisa que la cliente lavait appelé à lissu du RdV et quelle lui avait dit quelle mavait trouvé très à son goût (oui, javais remarqué), vraiment très jolie (nen jetez plus, des compliments !) et plutôt soumise (peut-être mais jai pas vraiment eu le choix !), ce qui confirmait ce quelle avait pensé lors de notre première rencontre (Bon, OK, vous avez gagné, je suis plutôt passive mais pas soumise pour autant ; du moins, je ne pense pas). Elle me précisa également que cette cliente mavait « rebooké » pour une séance de 3 heures dans 3 semaines ! Ah ! Nous y voilà ! La séance attachée, cest pour dans 3 semaines ! Bon, nous verrons bien dici-là ! me dis-je intérieurement.

La bonne nouvelle étant que 3 heures de travail, cela signifiait également 450 dans la poche (moins évidemment la commission, mais cela fait des sous quand-même !). Oui, malheureusement, 3 heures, cela ne fait pas 600 car même en Escorting, il y a un tarif dégressif ! 200 / 1 heure ; 350 / 2 heures ; 450 / 3 heures ; 800 pour une nuit et 1500 pour 24 heures.

En poursuivant la conversation, ma Patronne minforma que mon profil plaisait énormément à ses clientes et quelle était submergée de demandes me concernant. Bien évidemment, il sagissait pour moi dune activité connexe à mon statut détudiante et il nétait pas question que je my consacre à plein temps. Nous convînmes dun rythme de 3 RdV hebdomadaires (soit un minimum de 600 / semaine pour moi, soit 2400 / mois. Yes !). Elle minforma alors que compte-tenu de cette demande, elle avait décidé de « me réserver » pour ses meilleures clientes ! Ah oui ? Moi qui ne suis pas une adepte des cartes de fidélité en tout genre, voilà que je devenais la récompense ultime de ces clientes « Gold »Et que dailleurs, une de ses très bonnes clientes, une jeune working girl de très belle allure, mavait « booké » 2 heures le lendemain soir et que javais RdV à 22 heures au bar du Plaza-Athenee, avenue Montaigne. Yes ! Encore 350 dans mon escarcelle ! me dis-je intérieurement. Tout en me demandant malgré tout sur qui jallais tomber cette fois-ci et ce quelle me ferait subir mais tout en me réjouissant davoir affaire à une jeune femme

Après avoir raccroché avec ma patronne, je décidais dappeler ma copine afin den savoir plus sur cette séduisante working-girl. Je tombe malheureusement sur sa messagerie, en déduis quelle doit être « au travail » et lui demande de me rappeler sitôt son RdV fini, en espérant quelle ne soit pas partie pour un RdV de 3 heures ou dune nuit entière.

En attendant son rappel, je décidais daller consulter le site internet afin de voir comment jy étais présentée et si les photos me concernant rendaient bien et nétaient pas trop salaces. Après avoir confirmé sur la page daccueil que, oui, javais bien plus de 18 ans, je tombais sur une page représentant une dizaine de visages de filles, toutes plutôt mignonnes, voire très jolies. Il y avait là les 5 esthéticiennes de linstitut, ma copine, 2 autres visages que je ne connaissais pas et puis enfin ma photo ! Jétais assez fière de cette photo, très réussie de mon visage, avec mon plus beau sourire !

En passant le curseur sur mon visage, je pouvais cliquer pour aller à une autre page présentant « mon profil », ce que je fis immédiatement. Sur cette page étaient inscrits mon prénom, ma taille, mon poids, mes mensurations (90C), la couleur de mes cheveux et de mes yeux ainsi quune mention précisant mon caractère « réservée, passive et plutôt soumise ». Puis les services que je proposais : DFK (tiens, cest quoi ça, DFK ; je ne me souviens pas avoir mentionné cela lors de ma conversation ou plutôt interrogatoire avec ma patronne ; une petite recherche sur Google me précisa quil sagissait là du Deep French Kiss, soit embrasser avec la langue ; ah oui, javais dit OK), cunnilingus, annulingus, goder, être godée (recto, verso)(Verso ? Euh, là, il va falloir que jen rediscute avec ma patronne), doigtée (ma patronne a dû considérer quayant accepté son doigt, je les accepterai tous, ce qui finalement nétait pas complètement faux, maintenant que jai même eu droit à un stylo !), fessées (Ah, daccord ! Il fallait que je mattende à en recevoir encore quelques unes bien quil me semblait lui avoir dit lors du premier RdV que je nen avais pas reçu depuis longtemps mais elle a dû prendre cela comme un manque de ma part ! Elle a vite fait de prendre des raccourcis, ma Patronne, ou plutôt ses désirs pour des réalités), soumission soft ( Là encore, elle a dû me cataloguer lorsquelle ma dit que jétais de nature soumise mais je ne pensais pas quelle en aurait conclu que jétais OK pour des jeux de soumission, même si ils sont softs. Il fallait que je mattende encore à avoir des clientes plutôt directives et des RdV du même acabit que celui de ce midi). Ensuite il y avait plusieurs photos de moi en petite tenue, debout, allongée sur un canapé, jambes écartées, à 4 pattes, enfin dans des positions sans équivoque quant à lactivité que je proposais.

Pas à dire, jétais devenue une pute ! Certes, une pute un peu particulière car exclusivement dédiée au plaisir féminin ; certes, une pute de luxe car à 200 de lheure ; mais une pute quand-même ! Cela ne me grandissait pas beaucoup pensais-je

Mon I-Phone se mit à sonner ; cétait ma copine qui devait sortir de son RdV. Je lui racontais donc que la patronne mavait appelé et que javais RdV le lendemain au bar du Plaza Athenee avec une jeune working girl et que je voulais savoir si elle la connaissait. Oui, bien sûr quelle la connaissait ! Elle me dit même que javais de la chance quelle mait booké car cétait une superbe jeune femme dune trentaine dannée, divorcée, ayant à priori un très bon job, toujours en déplacements, qui aimait bien le sexe et très directive. Cétait assurément sa cliente préférée ! Voilà qui me rassurait et me permettrait de passer une bonne nuit

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire