Histoires d'inceste Histoires de sexe voisins

ma vie de travesti – Chapitre 8

ma vie de travesti - Chapitre 8



Me voici donc à larrière dun taxi avec les fesses remplies, les tétons encore douloureux avec les barrettes qui les transpercent dorénavant, maquillée et habillée comme la salope que mon homme a envie de voir arriver.

Le chauffeur démarre et me dis que je peux prendre mes aises car il y en a pour un moment

Prendre mes aises il est marrant lui chaque mouvement de ma part se répercute immédiatement au plus profonds de moi et je ne sais pas comment je vais tenir autant de temps assise avec ce gode qui me remplit. Je fini tout de même par trouver une position moins inconfortable que les autres et je fini par trouver un semblant de demi sommeil. Nous nous arrêtions dans une aire et je fis semblant de dormir quand le chauffeur se tourna vers moi je ne me voyais pas descendre de la voiture dans mon état Et le voyage passa finalement sans encombre, sans discussion et moins long que je ne limaginais car nous arrivions déjà devant le portail de la maison dans laquelle je venais pour vivre

mon homme était devant et il vint directement voir le chauffeur pour le régler. Le chauffeur lui fit la remarque que sil devait y avoir dautre voyage : il ferait le déplacement sans problème.

Je sors de la voiture avec beaucoup de mal pour garder le gode en moi sans le faire trop remarquer.

Ma veste sous le bras et heureuse dêtre enfin arrivée.

Je reste debout, fesses serrées en attendant que mon homme viennent vers moi.

Le taxi fait marche arrière, salue mon homme et moi-même puis séloigne doucement.

Il est 5h du matin, je suis habillée comme une pute, mes tétons sont toujours aussi douloureux, je suis enculée depuis plus de 8h et je suis enfin avec mon homme !

— retire le foulard

Je mexécute en baissant la tête

— jespère que tu te moque de moi

— désolée Monsieur mais

— tu ne vas pas commencer avec les « mais » ! je tai demandé de voyager avec ta laisse ! ou est-elle ?

— dans ma veste Monsieur

— mets-la de suite et tends la moi !

— oui Monsieur.

Jaccroche la laisse a mon collier puis je tends le bout de celle-ci a mon homme

— merci, tu comprends maintenant que je vais devoir te punir pour mavoir désobéie ?

— oui Monsieur

— bien ! donc tu vas me suivre jusquà la maison mais le repos que javais prévu pour toi viens de sauter.

En joignant le geste à la parole il se retourne et commence à marcher et moi je me retrouve a devoir le suivre en trottinant sur mes haut talons avec le gode toujours en moi, tractée par la laisse.

Nous arrivons devant la maison après les 400m qui nous séparent de lentrée de la propriété.

— Tu tes reposée durant le trajet ?

— Oui Monsieur un peu mais

— Arrête avec les « mais »

— Pardon Monsieur

— Puisque tu tes reposée tu ne dois pas être fatiguée donc tu vas aller retirer le gode dans la salle de bain en marchant à 4 pattes jusque-là bas. Si tu veux passer par la case toilettes : tu iras également à 4 pattes et la porte ne sera pas fermée. Et si tu veux boire un coup il y a cette gamelle qui est à lentrée. Cest compris ?

Je savais que nous arriverions un jour à ce genre de « jeux » mais je nimaginais pas y arriver si vite

— Merci Monsieur

Cest tout ce que je trouvais à dire avant de magenouiller puis de me mettre en route vers la salle de bain a 4 pattes retirer le plug fut un soulagement extrême et passer au toilettes également !

Je reviens vers lentrée toujours à 4 pattes en souriant à mon homme qui mattend.

— Tu ne vas pas sourire longtemps ma belle, et tu vas comprendre que si jordonne et que tu nobéie pas ça va te couter !

— Désolée monsieur

— Ne le sois pas : ça me fait plaisir de devoir te punir !

Il prend la laisse et se dirige vers la partie garage et moi je le suis à 4 pattes, guidée par le collier.

Nous arrivons dans une grande pièce aménagée en salle de sport avec un coin télé et un bar … je navais pas vu cette pièce le w-e dernier

Il me fait signe de me mettre debout puis me guide vers le tapis de marche. Juste avant le tapis je dois retirer ma robe blanche et mettre le plug quil me tend et cest en sous-vêtements quil me fait monter sur le tapis. Il attache la laisse très court à lavant du tapis puis reviens vers moi avec de la corde et mattache les mains dans le dos

— On va commencer soft avec les punitions mais sache que jai juste un peu pitié de toi car cest la première fois. Ça ne sera que très rarement le cas à lavenir !

Puis il appuie sur le bouton de marche de lappareil, le tapis commence à défiler sous mes pieds et je ne peux rien faire dautre que marcher. Il nest même pas encore 6h du matin, je suis en guêpière, string, bas résille et bottes à talons et je me retrouve les mains attachées dans le dos et un plug entre mes fesses encore douloureuse du voyage que je marche juste pour le plaisir de mon homme.

Pendant que je marche, mon homme, bien installé dans un fauteuil mexplique que je ne dois jamais désobéir et que s je suis ici cest parce que je lai choisi moi-même. Et quil faut être sur dêtre sur la même longueur donde. Lui cherche une femme qui lui soit dévouée corps et âme. Une femme qui passe son temps à se préparer pour soffrir à nimporte quel moment dans nimporte quelle situation et de nimporte quelle manière.

Je suis aux anges à lécouter même si ça me fais réellement peur !

— Tu as bien tout compris et tu es prête à accepter tout ?

— Oui Monsieur

— Bien, alors marche tranquillement jusque 7h ensuite je te libèrerais de la machine et tu viendras moffrir tes services. Je veux que ta bouche soit la meilleures que je nai jamais rencontrée. A 7h30 je devrais me préparer pour aller travailler et toi tu pourras te reposer jusquà mon retour.

— Oui Monsieur

Je marche pendant que mon homme somnole, mes pieds me font souffrir, mon cul est en compote et mes tétons me font mal. Je suis pressée de pouvoir enfin voir son sexe en vrai et de le toucher. Mais le temps ne passe pas jai limpression que cette heure de marche est interminable !

Puis finalement la grande aiguille fini par arriver sur le chiffre 12. Je narrive plus à savoir si jai plus mal aux pieds ou aux fesses. Je suis fatiguée.

Mon homme vient vers moi puis arrête la machine, il prend la laisse puis me guide au pied du fauteuil. Il me fait magenouiller. Il retire son pantalon et son slip. Mon visage est au niveau de son sexe, il est beau et il sent bon, jai envie de le prendre en bouche mais je ne bouge pas ; il me passe son sexe sur les joues, près des yeux, sur les lèvres que jentrouvre. Puis il sassoit dans le fauteuil.

— Allez viens le chercher, viens le sucer comme une bonne chienne que tu es !

Je me penche en avant puis viens laper doucement le bout de son sexe qui se dresse en moins de temps quil ne faut pour le dire. Je le gobe enfin, jai enfin son sexe dans ma bouche. Je voulais lui offrir cette première pipe lors de notre w-e sans en avoir eu loccasion.

Et là je suis à genoux devant lui, les mains liées dans le dos et un plug dans le cul et je le suce à 7h du matin ! Sa main vient sur ma tête puis mattrape les cheveux comme pour faire une queue de cheval.

Puis il retire ma bouche de son sexe.

— Que vois-je ? tes oreilles sont percées ?

— Oui Monsieur jai fait ça pour vous hier après midi

— Tu es sublime et je ne lavais même pas vu !

— Merci Monsieur, jen ai profité pour vous faire une autre surprise

— Ah oui ? laquelle ?

— Je ne peux pas vous montrer car mes mains sont liées mais cest sous ma guêpière au niveau de mes tétons.

Il attrape alors les bretelles de la guêpière quil fait glisser sur mes épaules, puis labaisse jusquau tétons.

— Jadore petite salope, tu es vraiment une petite salope, jespère que tu as mal !

— Oui Monsieur

— Très bien mais je nai pas beaucoup de temps ce matin

Il reprit mes cheveux en terminant sa phrase et me remis son sexe en bouche puis me fit sucer rapidement jusquà exploser dans ma bouche sans prévenir. Javalais pourtant tout sans en perdre une goutte et jétais aux anges. Ma première fellation complète à mon homme était inoubliable !

— Ta bouche est accueillante à souhait, elle sera beaucoup utilisée mais ne ten fait pas : ton cul ne sera pas jaloux !

Je réponds par un simple sourire qui a dû le satisfaire car il me la rendu illico.

Il reprit la laisse puis me guida dans la maison, debout, en sous-vêtements et en passant par dehors.

Le petit coup de frais sur mes fesses me fit du bien.

Il memmena dans ma chambre et remplaça la laisse par une chaine cadenassée à mon collier et au lit à lautre bout.

— La chaine est suffisamment longue pour aller dans ta salle de bain et à ta coiffeuse. Ça te suffira pour aujourdhui ! je rentre vers 16h et jusque-là tu fais ce que tu veux. Mais quand je rentre je veux que ton cul soit propre et pluggé, que tu sois maquillée correctement et habillée comme une pute. Les clefs des bottes sont sur le lavabo et celle du cadenas du collier est accrochée à un plomb sur ta coiffeuse. Mais ne tavise pas de ten servir pour autre chose quun cas dextrême urgence. Maintenant je vais devoir y aller.

Il passe dans mon dos et délie enfin mes mains puis il me retourne face à lui puis membrasse sur la bouche.

— Bonne journée ma chérie

— Bonne journée mon amour

Puis il me tourne le dos, sort de la chambre et me laisse seule enchainée à ce lit !

Je vais à la salle de bain, retire le plug qui me libère enfin puis retire les bottes. Jai limpression de marcher sur de la mousse, même si je suis sur du carrelage, tellement jai mal aux pieds.

Je retire les bas, le string et la guêpière et jessaie tant bien que mal de prendre une douche sans mettre de leau partout à cause de cette maudite chaine tendue à mon cou.

Je me sèche . Puis jessuie la salle de bain.

Je cherche une nuisette dans le dressing, jen trouve une noire brillante en satin que je passe et j me couche sur mon lit. Et je fini par trouver le sommeil, heureuse et avec encore un arrière-gout du sperme de mon homme dans la bouche.

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire