Histoires de sexe mobiles Histoires de sexe viol Histoires de tromper

mariée, soumise à ma maitresse – Chapitre 3

mariée, soumise à ma maitresse - Chapitre 3



Quand la sonnette ma réveillée, lhorloge marquait 8h30. Me souvenant que jétais aux ordres dAurélie, je suis allé frapper à la chambre et jai dit :

— Madame ma demandée ?

— Apporte nous deux cafés

Quelques minutes plus tard, je rentrais dans la chambre, toujours toute nue, avec un plateau et deux cafés. Son amant, qui doit partir travailler, shabillait. Aurélie me demande si dhabitude je bois du café le matin. Comme je lui réponds oui elle me dit :

— Va ten mettre dans ton écuelle et viens la poser au pied de mon lit pour faire la chienne.

Quand je reviens dans sa chambre, son amant était en train de prendre congé en lembrassant. Elle ma laissé laper mon café pendant quelle buvait le sien, puis elle ma fait monté sur le lit à quatre pattes.

— Alors cest la première fois que du découche pour tromper ton mari ?

— Oui Madame

— Tu regrettes dêtre resté cette nuit ?

Après un moment de silence, je dis :

— Non Madame, ça me plait dêtre votre pute.

— Tu avais déjà pris 3 bites dans la même journée ?

— Non Madame.

— Tu es prête à en prendre plus aujourdhui ?

— Oui Madame

— Jaime ta docilité. Maintenant suis moi à la salle de bain, jai besoin de toi.

Jai dû la laver sous la douche et la sécher. Elle a ensuite fait pipi. Ma langue a, une nouvelle fois, remplacer le papier pour essuyer son sexe. Satisfaite, elle me dit :

— Maintenant tu descends et tu sonnes à lappartement de létage en dessous, à gauche en arrivant sur le palier. Cest un locataire qui aime bien utiliser mes vides couilles. Il tattend pour ça.

Un peu inquiète et aussi paniquée, jessaye timidement de protester :

— Mais je ne peux pas y aller toute nue.

— Est-ce que je vais vivre ta première désobéissance ?

Elle a dit ça avec un regard sévère. Jai baisé les yeux et je me suis dirigé vers la porte dentrée, mais ma maîtresse me rappelle. Je reviens devant elle, yeux baisés, mains dans le dos. Elle me dit :

— Tu protestes en oubliant le Madame et ensuite tu ne texcuses même pas !

— Excusez moi Madame

— Tu mérites une punition, couche toi sur le dos.

Alors quelle va chercher un marqueur indélébile noir, je me couche sur le carrelage. Elle revient, ce met à califourchon sur mes cuisses et écrit sur mon ventre « Vide couilles ». Alors que je me relève, elle me dit :

— Quest-ce quon dit ?

— Merci Madame.

— Maintenant va faire ton travail !

— Oui Madame, à tout à lheure

Cest le cur battant et morte de honte que je suis descendue la cage descalier heureusement déserte et que jai sonné à la porte. Un homme dune soixantaine dannée, en peignoir, a ouvert. Il ma regardée en souriant et a juste dit :

— Tu es la nouvelle pute dAurélie, suis-moi !

Il ma emmenée dans sa chambre. A genoux je lai sucé un long moment. Quand il a été bien dur, il a mis un préservatif et ma baisée couchée sur son lit. Il a éjaculé assez rapidement, alors que je commençais à prendre du plaisir puis il ma congédiée :

— Tu es une bonne vide couille. Remonte chez ta Maîtresse !

En remontant à lappartement de ma Maîtresse, jai entendu la porte dentrée du rez de chaussée. Je me suis dépêchée pour ne pas me faire surprendre. Ma Maîtresse était en train de lire un journal. Sans rien dire je me suis mise à genoux à coté delle. Après quelques minutes elle ma caressé le crane en me disant :

— Tu es une bonne chienne. Maintenant tu vas retourner sous les combles dans ta chambre de pute. Ce matin tu vas recevoir 4 clients, le premier dans 15 minutes, puis toutes les 45 minutes. Ça te laisse le temps de ten occuper comme une bonne pute et de te reposer un peu avant le suivant. Comme hier soir, tu encaisseras 20 francs à chaque fois. Quand tu auras fini avec les quatre, tu redescends ici. Maintenant vas-y !

— Bien madame à tout à lheure

Le scénario de la veille sest répété quatre fois. Après une fellation pour faire durcir le sexe de mon client, je lui mets un préservatif et il me baise à la missionnaire. Aucun des hommes nétait un athlète et leur coup de sexe dans mon ventre on manqué de vigueur. Heureusement pour moi, le deuxième ma pilonnée pendant plus dun quart dheure et jai pu avoir un orgasme.

Il est presque 13 heures lorsque je retourne chez ma Maîtresse. Après une bonne douche elle me dit de mettre ma robe qui, je vous le rappelle, na plus quun bouton. Elle me fait aussi remettre mon porte-jarretelle et mes escarpins. Cest dans cette tenue que je laccompagne. Nous prenons sa voiture jusquau bord du lac. Je me laisse emmener sur la terrasse dun restaurant où nous mangeons un petit repas comme deux amies. Si je navais pas ma robe complétement ouverte, jaurais pu oublié que jétais sa soumise. Vers la fin du repas, alors que je ne my attendais pas du tout, elle prend un ton plus sévère et me dit :

— Va aux WC hommes, entre dans la première cabine, enlève ta robe, pends la au crochet derrière la porte et attend. Quand tu entendras frapper trois coups ouvre la porte et laisse le te prendre comme il le veut. Comme tu es une bonne pute, je toffre un bel homme qui est bien membré et sait se servir de sa queue. Tu vas aimer et bien jouir. Vas y maintenant !

Jai regardé autour de nous, espérant que personne na entendu. Rougissante je me suis levée et je suis partie en direction des toilettes. Jai pensé que ça allait trop loin, que jétais folle dobéir, pourtant à aucun moment je nai hésité et jai fait exactement ce quelle ma dit. Jai attendu nue de longues minutes puis un « toc toc toc » ma fait sursauter. Tremblante jai ouvert la porte. Un homme noir, grand, à lallure sportive qui devait avoir environ 40 ans est entré. Il a baissé son short sans dire un mot. Je me suis accroupi pour le sucer. Son sexe a rapidement durci, prenant une taille que je navais jamais vue et confirmant ainsi la réputation des hommes de couleur. Il ma fait mettre debout, ma retournée, écartée, penchée et appuyée sur la cuvette de WC. Je mouillais tellement quil na eu aucune peine à me pénétrer. Son sexe dur a buté au fond de mon vagin. Jai essayé de retenir mes gémissements. Je mouillais plus que jamais. Cétait le début de 15 minutes de pur bonheur. Jai du me mordre le bras pour ne pas crier et jai jouis et encore jouis. Les orgasmes à répétition, fruit de sa virilité et de la frustration emmagasinée pendant toute la matinée mont scié les jambes. Jai fait un effort pour rester debout jusquà ce que je sente son sperme dans mon ventre. Alors que je récupère gentiment mes esprits, il parle pour la première fois.

— Remet ta robe sans te nettoyer, ta Maîtresse veut que tu restes pleine de mon jus. Tu as aussi linterdiction de faire pipi.

En remontant les escaliers, les jambes flageolantes, jai senti le sperme couler sur mes cuisses. Inquiète jai voulu faire demi tour pour aller messuyer, puis je me suis dit que ce nétait pas ce que voulait ma Maîtresse. Je suis donc retournée sur la terrasse, morte de honte en pensant que le sperme risquait de couler jusque sous la robe. Elle me tend un verre deau et, souriante, me dit :

— Bois ce verre et reste debout, sinon tu vas tacher ta robe.

Je suis restée la comme une potiche, les jambes serrées pour retenir le sperme pendant quelle appelle le serveur et demande laddition. Pendant les 10 minutes qui se sont écoulés, elle ma fait boire deux autres verres deaux. Nous sommes ensuite parti à pied en direction dun quartier résidentiel. Je sentais le sperme inexorablement descendre le long de mes cuisses. Ça nempêchait pas Aurélie de discuter comme si nous étions deux amies.

— Tu as apprécié mon cadeau pour ton obéissance ?

— Oui beaucoup, jai eu des orgasmes particulièrement violent.

— Si tu continues à être sage, tu en auras dautres.

— Merci Maîtresse

— Cétait ton premier black ?

— Oui

Nous sommes arrivée vers une villa entourée dune haie. Une femme du même âge quAurélie était sur la terrasse. Elles se sont embrassées puis Aurélie sest assise à coté de son amie en me disant froidement :

— Enlève ta robe et mets-toi à genoux, mains derrière le dos, jambe écartée !

En obéissant, jai vu un jardiner occupé à tondre le gazon. Il était noir et malgré la honte de ma position je nai pas pu mempêcher de le détailler et de repenser au noir qui mavait si bien faite jouir un moment plus tôt. Jai dû manquer de discrétion puisque ça na pas échappé à Maîtresse. Elle a sourit et a dit, moqueuse :

— Regarde moi cette nymphomane, elle vient de jouir dans les WC dans restaurant avec son premier amant black et la elle ne peut pas sempêcher de regarder ton jardinier et dimaginer ce quil a entre les jambes.

Les deux femmes rigolent. Lamie qui sappelle Patricia dit :

— Avec tous ce sperme qui dégouline, elle fait un peu trop vide couille pour lui plaire. Il faudrait quelle se nettoie.

Aurélie acquiesce et me dit :

— Mets-toi entièrement nue et va te laver à la fontaine et restant face au jardin.

Jai obéis en enlevant mes bas, mon porte-jarretelles et mes escarpins. Le jardinier na rien perdu de lexhibition forcée que je devais faire pour me nettoyer le sexe. Je suis ensuite revenue devant les deux femmes et me suis mise à genoux.

— Tu es une bonne chienne, me dit Aurélie. Cest lheure de ton pipi Maintenant. Va à 4 pattes dans le jardin. Fait un peu pipi contre au moins 3 arbres, comme une bonne chienne. Tu renifles, tu pisses et tu vas à larbre suivant.

Jétais dans un état second et je suis partie dans lherbe à quatre pattes, jai écarté les jambes, cambré les reins et fait pipi au pied dun boulot. Je me suis arrêté assez rapidement puis je suis parti vers un deuxième arbre. Le jardinier me regardait avec un sourire moqueur. Jétais une fois de plus morte de honte. Jentends Patricia lui dire

— Si tu as envie delle, emmène la dans le cabanon.

— Ho merci Madame, volontiers

Il ma prise par les cheveux et ma tirée jusquà une cabane de jardin. Dedans, jai dabord dû le sucer à genoux, puis il ma fait mettre à 4 pattes et ma baisée, me faisant encore une fois jouir. Je me suis demandé si jétais en train de devenir nymphomane.

Je me suis, ensuite, de nouveau nettoyée à la fontaine avant de me coucher par terre aux pieds de ma Maîtresse pour un repos bien venu.

De retour chez elle, presque deux heures plus tard, elle me dit :

— Tu as été une bonne pute, je suis contente de toi. Pour finir ton stage et te féliciter, tu vas enfin retrouver le chevalet qui te fait tant rêver.

Après un petit repas que je lui ai préparé et que jai dû manger à ma place, comme une chienne, elle ma emmenée dans sa cave et attachée sur le chevalet. Elle ma alors annoncé le programme de la soirée :

— Tu vas rester comme ça et des hommes vont venir, utiliser un de tes trous et repartir. Je pense que tu vas doubler le nombre de bites que tu as eu aujourdhui. Ce soir tu vas gagner ton diplôme de vide-couille.

Cest dabord un groupe de trois hommes qui est arrivé. Comme la première fois je nai pas vu leurs visages, mais eux voyaient le mien sur un écran. Jen ai sucé un pour le faire bien durcir. Puis, pendant quil met un préservatif et me baise la chatte, un deuxième vient dans ma bouche. Cest difficile de décrire mes sensations, mais cette double pénétration forcée alors que je suis entravée me met dans un très fort état dexcitation. Quand le premier éjacule, le deuxième prend sa place alors que ma bouche découvre le goût dune nouvelle bite. Cest à ce moment que jai un premier orgasme. Le troisième, lui me sodomisera. Après avoir enlever leurs préservatifs, ils reviennent se faire nettoyer le sexe dans ma bouche.

Après leur départ cest deux hommes qui arrivent et profitent de mes orifices. Ils sont bien endurant et éjacules les deux dabord en me baisant puis dans ma bouche. Eux aussi me font jouir. Après leurs départ, Aurélie vient me demandé comment ça va. Elle me dit :

— Tu me semble vraiment faites pour ça, tu jouis même en étant traitée en simple vide couille. Tu es prête à continuer encore un moment ?

Je ne réponds rien, mais hoche de la tête. Elle me demande :

— Tu veux boire quelque chose avant larrivée des prochains ?

— Volontiers Maîtresse

Je ne vois pas son visage, mais elle vient devant moi en me disant douvrir la bouche. Elle relève alors sa jupe, vient collé son sexe nu à ma bouche en me disant :

— Avale bien tout, mon champagne est une récompense pour toi.

Mon coeur sest mis à battre plus fort. Je ne suis pas sûr de pouvoir obéir. Pourtant je ne dis rien et attends avec inquiétude son pipi. Elle lâche un petit jet assez court que javale péniblement. Mais je dois bien avouer que le goût nest pas si horrible que ça. Elle lâche alors un deuxième jet, puis un troisième avant de me demander :

— Alors tu aimes mon champagne ?

— Oui Maîtresse

— Cest la première fois que tu bois de lurine ?

— Oui Maîtresse

— Tu veux que jarrête ou tu as envie dencore en boire.

Sans me laisser répondre elle me dit douvrir la bouche et revient y coller son sexe. Elle recommence à pisser et rigole en disant :

— Il ny a pas de raison que je ne vide pas ma vessie !

Il y a ensuite eu deux hommes qui sont venu me baiser len après lautre. Avec la fatigue, je nai pas joui, mais comme jétais la pour servir de vide couille, les hommes ne sen sont pas inquiété.

Après une bonne douche et une heure de repos, elle me dit :

— Maintenant un homme va te ramener, il va te baiser dans la voiture devant chez toi. En rentrant, tu vas te mettre a croupis sur le visage de ton mari et lui dire de te nettoyer. Je suis sur quil va aimé le sperme de ton 15ème amant du jour !

Elle ma ensuite donné quelques directives pour les jours suivants :

— Ces prochains jour, cest culottes interdites et jupes pas plus longues que mi-cuisse. Tu as quand tes prochaines règles ?

— Depuis une opération de la matrice je nen ai plus Maîtresse.

— Alors ce sera plus simple, dès aujourdhui tu ne mettra plus jamais de culotte.

Elle regarde mes seins et dit :

— Ils sont petits, mais en peu tombant. Cest normal à ton âge. Tu a des soutien gorges qui laissent les seins nus ?

— Non Maîtresse

— On en achètera. Dici la, interdiction de porter un soutien-gorge. Et tu nas pas intérêt à désobéir.

— Promis Maîtresse

— Encore une chose, tu laisses la cage de chasteté à ton mari. Cest moi qui déciderai quand tu pourras lenlever. Ton dernier amant doit tattendre avec sa voiture. Viens on descend.

— Je peux remettre ma robe Madame ?

— Non tu es bien comme ça. Il fait nuit personne ne te verra. Tu vas rentrer nue chez toi.

Cest de nouveau un amant noir qui me ramène. Maîtresse a voulu me remercier pour ma docilité en moffrant un troisième plaisir « black ». Je me suis sentie fière de cette marque de confiance et, même si javais eu ma dose de sexe, je me suis réjouie tout le trajet de découvrir son sexe

Il sest arrêté devant notre petit immeuble. Il était tard et il ny avait personne de visible. Il ma entraînée dans le hall de limmeuble Je lui ai fait une fellation pour le faire bien durcir, puis il ma prise alors que jétais penchée en avant, appuyée contre la porte de lascenceur. Son sexe de belle taille tape le col de mon utérus, provoquant à chaque fois une onde de plaisir. Je suis en plein orgasme lorsquil éjacule. Il me roule une pelle et me dit, hilare, daller donner ses vitamines à mon mari.

Je monte à notre appartement avec une main sur mon sexe pour ne rien perdre. Mon mari a adoré et ma admirablement nettoyée.

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire