Histoires de sexe Histoires de sexe viol

Médor le troll ultime – Chapitre 1

Médor le troll ultime - Chapitre 1



Salut les maîtres !

Moi c’est Médor, je suis un jeune Yorkshire de 2 ans et célibataire. Je préfère courir et aller butiner de chienne en chienne plutôt que de me poser avec la première Shetland venue. Je suis plutôt assez musclé et je suis un sacré bout en train, mais ça vous le découvrirez bien assez tôt. Je vais ici vous raconter mes péripéties parce qu’il faut le dire, ma vie est palpitante.

Tout a débuté un soir de Mars, il était à peu près 19h22, j’étais en train de regarder les anges de la télé-réalité. Il y avait de ces gonzesses! Allongé dans le canapé après une dure journée, il était temps de se détendre. Cependant un cri vint perturber mon repos bien mérité. Entra alors en trombe Marc, mon maître.

Alors pour vous le présenter brièvement, Marc a 23 ans, il est grand, assez mince pour ne pas dire maigre. Il travaille dans un supermarché low cost. On pourrait penser que ça lui donnerait une aisance, mais il n’en est rien. C’est un tocard, incapable de parler à une fille sans se vomir dans la bouche. Croyez-moi j’aimerais bien qu’il se dégotte une petite gonzesse car il pratique ces séances de branlette dans n’importe quelle pièce de l’appartement sans se soucier que je sois là ce gros dégueulasse. Et si vous aviez un doute sur ces capacités intellectuelles, rappelez-vous bien que c’est ce crétin qui m’a donné mon nom… Autant vous dire qu’il était très inspiré.

Marc était sur le pas de la porte du salon, le visage rouge, les poings serrés en faisant son air menaçant. Il n’était tellement pas crédible, que je repris mon épisode des anges de la télé réalité. Voyant que je ne le calculais pas, il se posa face à moi devant la télévision. Il me montra une bande dessinée visiblement humide:

-Qu’est-ce que c’est ça Médor? Tu as uriné sur mon journal de Mickey!

-Tu devrais me remercier, si tu ramènes une gonzesse ici et qu’elle voit tes goûts littéraires pas sûr qu’elle accepte de te voir nu.

Bien sûr seul un "wouf" sorti de ma bouche, il ne manquait plus que je rentre dans un vrai débat avec mon "maître". Il me regarda, jeta son magazine à la poubelle et me lança:

-Tu as encore réussi à allumer la télé, mais je vais la prendre, je vais regarder les bandes-annonces.

OH NOOOOOOOOOOOOO

J’étais tétanisé, cela pouvait paraitre anodin, mais c’était le code pour Marc pour regarder les bandes-annonces de film pornographique sur des chaînes très lointaines. Il avait du passé une mauvaise journée pour en arriver là. Mais je ne pouvais pas le laisser regarder le nouveau teaser de Carnage Anal 6. Il me fallait l’interrompre avant qu’il inonde le canapé.

Je me jetai alors hors du canapé et allai gratter à la porte en aboyant. Mes griffes détruisaient le bois, il fallait que j’en fasse un maximum. J’entendais au loin sortant de la télé des gémissements d’humaine en chaleur, puis le bruit de la ceinture de Marc. Oh merde il allait commencer à s’astiquer. J’hurlais à la mort pour couvrir les bruits. Il ne bronchait pas. Je n’avais plus qu’une seule solution. Je m’avançai et sautai sur la table. Puis poussa un grand coup. Je crus que mes yeux allaient sortir de mes orbites mais je chiais sur la table.

Marc se mit à rouspéter, et remonta son pantalon en grommelant:

-Ok, ça va, on va faire une balade.

-Ce qu’il ne faut pas faire pour pouvoir échapper à ce gros dégueulasse.

Il saisit la laisse et me l’attacha. Nous descendîmes les étages de l’immeuble et allâmes au parc situé à proximité. Il y avait un ciel gris avec de temps en temps quelques gouttes. Je me dégourdis les pattes lorsqu’au loin j’aperçus une épagneule au pelage noir et brun. Elle me lança un regard coquin. Il n’en fallait pas plus à Médor le tombeur. Je tirais sur la laisse pour m’avancer vers ce beau morceau. Je plongeai dans ses yeux inexpressifs et lui lança:

-Tu as des yeux aussi brillants que des étoiles, et pourtant je suis astrophysichien.

Elle ne répondit rien, surement trop timide. Mais moi je n’avais pas le temps pour tout ce blabla. Je me mis derrière elle, sortit ma bite de 37 cm et la pénétrai sans ménagement. Quand Médor était là, il ne fallait pas laisser sa sur trainer! Tandis que je pratiquais le coït telle une machine de guerre, je sentais une pression sur mon cou. Je tournai la tête et voyait Marc qui tirait sur la laisse assez gêné. Il faut dire que la propriétaire de l’épagneule que je démontais devait avoir son âge. Une petite blonde à la poitrine généreuse mise en valeur par un décolleté affriolant. Il faut avouer qu’elle était pas mal. J’étais quand même bon prince, je faisais plaisir à cette chienne en chaleur et je permettais à mon "maître" d’engager le dialogue.

Marc, très mal à l’aise lança sans oser regarder la jeune femme:

-Excusez-moi, c’est un sacré chaud lapin

"Et comment mon con!"

-Vous pouvez dire à votre chien d’arrêter?

-Oui bien sûr, Médor arrête!

Je fixai la jeune femme avec insistance pendant que je me tapais sa chienne. Je lui palpais les mamelles, puis soudain je sentis l’orgasme venir et j’éjaculais 3 hectolitres dans cette chiennasse. J’étais détendu. Mais au moment de sortir, mon pénis était coincé. La jeune fille lança:

-Bravo! Comme ça ils sont coincés!

-Ne vous inquiétez pas, lança Marc, c’est normal, il suffit juste d’attendre un petit peu, le pénis de mon chien va se dégonfler et ils pourront se dégager.

-Ah super, c’est vrai que je n’ai que ça à faire d’attendre que votre chien se ramollisse.

Ça elle pouvait attendre, parce que votre fidèle Médor il a toujours la trique dure! S’ensuivit un long silence, c’est alors que Marc lança:

-Je peux vous inviter à diner?

Le silence qui apparut avait l’air d’un jus de citron sur une plaie ouverte. La jeune femme regarda sa chienne puis lâcha:

-Pourquoi pas, un repas gratuit ça ne se refuse pas.

Mais qu’allait-il se passer ensuite? Est-ce que Marc va arriver à conclure en offrant un Kebab à sa dulcinée? Est-ce que votre fidèle compagnon Médor allait arriver à se décoincer de sa partenaire occasionnelle? Vous le saurez, dans le prochain épisode!

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire