Histoires de sexe arabes Histoires de sexe en groupe Histoires gays

Ma drole de famille – Chapitre 13

Ma drole de famille - Chapitre 13



Nous allons manger au restaurant, japprends quil a vingt-neuf ans quil est toujours célibataire, que les quelques essais de vie en couple se sont toujours mal terminés, question despace vital. Lui aussi vit dans une grande maison à une douzaine de kilomètres de la ville, quil loue en meublée mais les propriétaires lont mise en vente dernièrement. Il est prioritaire sur la vente, il na toujours pas donné sa réponse aux propriétaires, mais comme il na pas les moyens de lacheter, il va devoir déménager. Je le sens très affecté par cette situation qui le désespère car il a un cheval quil possède depuis plus de douze ans, il est cavalier depuis sa plus tendre enfance. Il va falloir quil trouve une autre maison à la campagne ou une petite ferme. Je lui explique va famille et ma vie aux US.

Le repas se passe très bien, nous retournons à lappartement pour voir les derniers détails. Arrivé à lappartement, il me prend doucement dans ses bras et membrasse. Nos langues samusent entre elles, je sens une onde de plaisir envahir mon corps, jai envie que ce baiser dure, dure et nen finisse pas tellement je suis bien dans ses bras. Ses mains parcourent mon dos sans jamais descendre plus bas. Cest un homme délicat qui ne brusque pas les choses, jaime beaucoup. Je fini par mécarter, lui prend une main et lemmène dans le salon. Le clic clac est toujours là qui nous tend les bras. Il comprend et sarrête.

Nous ne sommes pas obligés.

Tu as une réticence ?

Non pas que je ne veuille pas te faire lamour avec toi, bien au contraire, mais pas là pour la première fois.

Et où ?

Tu ne veux pas visiter ma maison ?

Ok, je te suis.

Je descends récupérer ma voiture dans le garage, mais je maperçois que je nai pas la télécommande pour louvrir, cest donc avec la voiture dAlexandre que nous nous rendons chez lui. Nous arrivons devant une grande bâtisse de plein pied entourée dun très grand parc arboré entièrement clos. Il faut ouvrir une lourde porte en fer forgé pour y accéder. Je suis séduite par lendroit, ce nest pas ce que je cherchais à priori, mais cette maison est splendide et de plus ne demande aucun travaux, Alexandre sest chargé, avec laide financière des propriétaires, de tout remettre à niveau pendant les cinq ans quil a passé ici. La maison est comme neuve et aux toutes dernières normes. Elle se compose dun grand salon salle à manger avec une belle cheminée le tout donnant sur une immense cuisine par une grande ouverture en ogive, de trois chambres avec chacune sa douche, de deux salle de bain indépendantes, de deux WC indépendants, dun énorme cellier dans lequel Alexandre a mis une bonne centaine de bouteille de vin. Le salon donne sur une cour aménagée avec un salon de jardin, des transats, le tout à lombre darbres. A une quinzaine de mètres, un bâtiment agricole dans lequel est installé son cheval.

Nous descendons de la voiture quand je vois arriver sur nous un superbe berger allemand dà peu près sept ou huit ans.

Javais oublié de te parler dHector, il a huit ans.

Le chien vient lui faire une fête et fini par venir vers moi pour se frotter à mes jambes nues.

Je crois quil ta adopté, en général, il est plus distant, cest un vieux célibataire endurci.

Je le caresse un peu, histoire dentretenir lamitié. Nous entrons dans la maison en laissant Hector dehors.

Il ne rentre jamais dans la maison, il a un abri dehors très confortable, cest un gardien, pas un chienchien à sa mémère.

Alexandre mentraine dans le salon et minstalle confortablement dans un fauteuil. Il me sert un rafraîchissement et sinstalle en face de moi.

Comment tu trouves ma petite gentilhommière ?

Superbe, je commence même à ma poser des questions.

Comment ça ?

Et bien, est ce que je naurais pas plus intérêt à acheter cette maison plutôt que lappartement que jai visité.

Tu sais, vivre à la campagne, ce nest pas si évident que ça.

Jai pas mal vécu avec ma sur et mon beau-frère qui habitent une ferme, de plus à San Jose, nous étions à lécart de la ville, je sais ce que cest doublier le sel, et je sais morganiser en conséquence.

Ok, je te donne les coordonnées des proprios, mais je ne crois pas que nous soyons là pour discuter de lopportunité dacheter cette maison.

Pas vraiment.

Je me lève, lui prend une main et le fait se lever. Je me colle à lui pour lembrasser. Ses mains deviennent plus entreprenantes et descendent jusquen haut de mes fesses.

Tu me montre les chambres ?

Jai un lit déjà fait dans une chambre damis, si ça tintéresse.

Va pour la chambre damis, je te suis.

Il mentraine derrière lui et entre dans une très grande chambre munie dune cheminée et dune baie vitrée donnant sur le parc.

Cétait la chambre des proprios quand ils vivaient ici, mais je la trouve trop grande pour un mec tout seul, elle est faite pour un couple.

Ça tombe bien, nous sommes deux.

Je le pousse pour quil sassoie sur le lit.

Ne bouge pas.

Je commence à déboutonner mes boutons lentement, en prenant un peu de temps entre chaque bouton. Petit à petit mon corps se dévoile, dabord les seins qui semblent le fasciner, puis le ventre pour finir par le corps tout entier. Il me regarde subjugué, je vois que tout son être bouillonne, quil est sur le point de ma sauter dessus.

Lèves toi.

Il se lève, je mapproche.

Ne bouge surtout pas.

Je commence par déboutonner sa chemise et la jette à terre, je mattaque à sa ceinture, déboutonne son jean, écarte les pans, le fais glisser pour me retrouver devant un sexe glabre déjà bien en forme et pas mal bronzé. Il ne porte pas de sous-vêtements. Ce nest pas le sexe de Michel, mais il est quand même assez imposant, gros, long avec un gland proéminent. Exactement comme jaime, un gland plus gros que la tige.

Tu es naturiste ?

Oui, depuis ma prime jeunesse, mes parents étaient naturistes, toi aussi, je ne distingue pas de trace de maillot sur ton superbe corps.

Oui, mais cest plus récent.

Je lui enlève son pantalon, et le pousse en arrière. Il tombe sur le lit sur le dos. Je me jette sur lui et étale mon corps sur son corps. Nous sommes peau à peau, sexe à sexe. Là, ses mains me parcourent tout le corps, elles sactivent sur mon dos, mes fesses, mes cuisses pour insister lourdement sur mes fesses. Je sens son sexe se redresser entre mes cuisses que jouvre un peu plus pour lui faciliter la tâche. Son gland finit par entrer en contact avec mon sexe déjà bien lubrifié, je reste un instant immobile pour bien déguster ce moment de lattente, ce moment qui précède linstant où les corps sunissent, ou les sexes sassemblent pour ne faire plus quun. Je finis par me laisser lentement glisser pour mempaler sur ce vit orgueilleusement dressé. Je suis surprise par limpression de possession que je ressens, ce nest pas le sexe de Michel, mais il prend quand même beaucoup de place dans mon vagin et je me sens bien remplie, surtout quand son gland vient buter sur mon col.

Oui, jaime sentir un beau sexe entrer dans ma chattoune.

Et moi, jaime sentir une belle chatte chaude et humide mengloutir le sexe.

Une fois bien empalée, je reste un moment immobile, je mimprègne de ce sexe long et dur. Après une trentaine de secondes, je mactive sur lui en faisant rouler mon bas ventre. Ses mains sactivent elles aussi et parcourent mon corps pendant que nous nous embrassons passionnément. Il y a longtemps que je nai pas éprouvé un tel sentiment de confiance, dabandon, de plénitude en faisant lamour avec un homme. Je ne suis plus la même, une seule chose mintéresse, le plaisir de mon partenaire, jutilise toute ma science de lamour pour augmenter son plaisir au maximum. Tout en me donnant à corps perdu à cet homme que je ne connaissais pas ce matin, je me pose des questions. Pourquoi ce sentiment de bien-être, pourquoi cette sensation daboutissement, de bonheur suprême. Pourquoi cette sensation dêtre enfin arrivé à destination. Je dois me rendre à lévidence, cet homme me plait, me plait beaucoup même, je crois que je commence à tomber amoureuse de lui et à cette seule pensée, mon corps se raidi, mon ventre se crispe, je jouis en entrainant Alexandre dans mon bonheur. Je suis emporté dans un tourbillon de plaisir, je plane, je vole, je suis dans les nuages. Lui, il jouit en silence, les yeux fermés, le visage détendu et souriant, comme si il ne voulait pas me déranger dans ma jouissance. Quand je finis par me détendre, je me laisse aller sur lui de tout mon poids, la tête sur son épaule. Jai envie de sentir sa peau moite contre ma peau moite, de me coller à lui, de sentir sa respiration, de sentir son cur battre. Il referme ses bras sur mon dos et pose ses lèvres sur mon cou pour y déposer un tendre baiser.

Je suis bien, comme jamais je ne lai été.

Moi aussi, je suis bien, je dirais même que je suis heureuse.

Vraiment ?

Oui, heureuse dêtre avec toi, heureuse davoir pris tant de plaisir avec toi, heureuse de ten avoir donné, enfin, je lespère.

Evidemment que tu men as donné, et je dois dire quil y a longtemps que je navais pas été si bien.

Nous devons être fait lun pour lautre.

Je le pense aussi.

Tu ne crois pas que ça va un peu vite ?

Tu nas jamais entendu parler de « coup de foudre » ?

Oui, mais pour les autres.

Exact, mais nous sommes les autres des autres.

Vu comme ça.

Nous restons longtemps dans les bras lun de lautre à apprécier le moment présent. Soudain mon téléphone sonne, cest Sophie, je sors du lit et méloigne un peu.

Coucou ma chérie, je te signale que jai la télécommande du garage sur moi, jai oublié de te la donner, tu es où ?

Chez Alexandre.

Déjà ?

Comment ça déjà.

Vous avez déjà couché ensemble ?

Ca ne te regarde pas.

Chérie, je ne suis pas née de la dernière pluie, si tu es avec Alexandre chez lui, cest que vous avez fait lamour et jen suis très heureuse, figure toi que cest pour ça que je tai présenté à lui, je savais que ça allait marcher, mais il ne faut pas lui dire.

Ok, tu as raison, mais il faut que je récupère ma voiture, on se voit où ?

Au garage dans une demi-heure, ok ?

Ok.

Je raccroche et vais rejoindre Alexandre qui sest levé. Nous allons prendre une douche un peu coquine, mais pas trop par manque de temps, et retournons à lappartement. Nous retrouvons Sophie et Lisa devant la porte. Je récupère ma voiture et nous retournons chez Alexandre. Laprès-midi tire à sa fin et nous nous installons dans la cour sur des fauteuils en osier.

Alexandre, jai quelque chose à te dire.

Je técoute.

Voilà, je ne suis peut-être pas la personne que tu crois. Je sens quil se passe quelque chose entre nous, jamais je ne me suis senti aussi bien avec quelquun, je voulais te le dire, mais il y a un « mais ». Je ne suis pas du tout possessive, mais, en contrepartie, je ne supporte pas que lon me considère comme sa chose. Je suis libre et je laisse mes partenaires libres de faire ce quils veulent à condition dêtre franc avec moi. Tu dois bien te douter que jai eu certaines aventures plus ou moins hard. Jaime le sexe, jaime faire lamour, jaime mamuser avec des objets de toutes sortes, jaime jouir et me faire jouir, en un mot, je suis une nymphomane. Si nous avons une aventure ensemble, je peux te dire que tu es libre de faire ce que tu veux, comme je serais libre de mon côté, mais cela ne doit pas altérer notre relation. Il faut toujours être honnête avec lautre, cest la seule condition pour une relation durable, et jai envie dune relation durable avec toi.

Moi aussi chérie jai envie dune relation durable avec toi et je peux te promettre de tout faire pour quelle le devienne.

Tu as dit « chérie » ?

Oui, parce que je crois que je suis amoureux de toi.

Je me lève et lui saute dessus. Nous nous embrassons passionnément, je suis au comble du bonheur, je crois sincèrement que je suis tombé sur lhomme qui maccompagnera tout le restant de ma vie. Nous nous levons, je dois retourner chez Elisa et Henri pour diner.

Alexandre, je dois te dire que jai fait lamour avec Elisa et Michel.

Oui, et alors ?

Ce sont ma sur et mon neveu.

A bon, je vois pourquoi tu me le dis, mais je dois te dire que ça ne me choque pas, je suis très ouvert en matière damour, je nai aucuns préjugés.

Oui, mais ce soir, je pense que je vais faire lamour avec ma sur et son mari, elle en a envie comme moi.

Tu es libre de faire ce que tu veux, nous ne nous connaissions pas ce matin.

Oui, mais entretemps, il sest passé ce qui sest passé entre nous, et je dois dire que je ne suis plus la même depuis notre rencontre.

Ca ne dois pas changer ta manière de vivre si je ne my oppose pas, et je dois te dire que je tenvie un peu, mais que je suis très heureux que tu vives ta vie sans contraintes.

Ok chéri mais il faut que jy aille.

Je récupère ma voiture et entre chez Elisa et Henri. Les filles sont là ainsi que Michel. Je pense que la soirée est foutue et monte dans ma chambre pour repenser à cette merveilleuse journée. Je reste un bon moment à rêvasser sur mon lit.

Laure, à table.

Je descends rejoindre tout le monde en bas, et nous passons une très bonne soirée autour dune bonne table. Comme je suis passablement fatiguée, je prends congé et vais me coucher assez tôt.

La semaine se termine lentement, je vais voir tous les jours Alexandre chez lui, nous faisons de mieux en mieux lamour ensemble et je suis de plus en plus convaincue que cest lhomme de ma vie future. Je contacte les propriétaires de la maison dAlexandre et je suis très étonné du prix qui me semble très peu cher, mais Alexandre mexplique que nous sommes dans une région agricole et que cest un prix tout à fait normal. Une visite conjointe pour convaincre les propriétaire quAlexandre pourra rester en place jusquà fin septembre comme convenu. Au bout de deux jours, je décide de lacheter et nous finissons par passer chez le notaire le vendredi matin.

Une fois tout réglé, je me rends à la maison pour rejoindre Alexandre. Je suis accueilli par Hector qui me fait une grande fête. Contrairement à mon attente, Alexandre nest pas là. Il ma laissé un mot dans lentrée mexpliquant quil doit se rendre sur un chantier dont il est le responsable pour toute la journée et quil me contactera un peu plus tard. Comme je veux prendre possession de ma maison, je décide de rester et vais minstaller sous un bel arbre dans le parc. Je vais fermer le portail dentrée pour ne pas être dérangée. Je suis habillée dune jupe ample pas trop courte et dun corsage. Pour être plus à laise, jenlève mon string que javais mis pour aller chez le notaire et mallonge sur une chaise longue. Le soleil de onze heures me chauffe les jambes que jai entièrement découvertes jusquà la ceinture pour bien en profiter. Hector est couché à côté de moi. Ce soleil me chauffe aussi le sexe, jécarte un peu les jambes pour mieux ressentir les rayons sur ma vulve. Je sens que mon sexe réagit et commence à secréter un liquide blanchâtre que je connais bien. Je me laisse aller à cette douce sensation de la chaleur qui monte en moi. Jai envie de me masturber, mais je résiste encore un peu.

Hector se lève et vient vers moi. Je pense quil veut se faire caresser, mais il se dirige vers mon entrejambe. Jhésite une seconde, mais je le laisse faire. Il vient renifler ma vulve et donne un grand coup de langue sur mes lèvres. Je sursaute, électrisée par une décharge dans tout le corps. Je suis surprise par cette action et je suis sur le point de larrêter, mais cette langue douce et ferme me rend folle. Hector donne de grands coups de langue du périnée au clitoris, jabandonne et me laisse aller au plaisir, jécarte mes jambes au maximum et me tourne le plus possible vers lui.

Vas-y, lèche.

Je ne résiste pas longtemps, et parts dans un sublime orgasme qui me secoue dans tout le corps. Hector continu de me lécher, il accélère le rythme et je remarque que son sexe commence à sortir de sa gaine. Il fait mine de monter sur la chaise longue le sexe complètement sorti. Je commence à paniquer, je ne le connais pas très bien et jai peur de sa réaction. Je pose ma main sur son cou et le repousse. Docilement, il mobéi et reste au sol. Je me redresse pour massoir sur la chaise longue. Une idée folle commence à germer dans ma tête, jai vu que son sexe est quand même dun beau diamètre et quil est terminé par une grosse boule. Je me débarrasse de ma jupe et écarte les jambes. Il comprend et vient immédiatement poser sa truffe sur mon sexe.

Tu aime hein ?

Il recommence à lécher et je ne tarde pas à repartir dans un nouvel orgasme. Son sexe est maintenant complètement sorti et il donne des coups de reins dans le vide. Ny tenant plus, je me lève en lui caressant la tête. Je me mets à quatre pattes en lui tournant le dos. Immédiatement, il me saute dessus et magrippe avec ses pattes avants en donnant de grands coups de rein. Je sens son sexe buter sur mes cuisses sans trouver le bon chemin.

Je vois que tu as besoin daide, un manque dhabitude ?

Je tends la main vers son sexe, men saisi et le dirige au bon endroit. Dun seul coup, je sens un membre raide me pénétrer sans hésitation jusquau plus profond possible. Il me besogne comme un fou, je nai jamais été baisée à cette cadence. Jentends sa respiration derrière mes oreilles quand tout à coup, il donne des coups de reins plus importants et plus lents. Je sens de puissants jets de sperme me remplir. Une énorme boule se présente à lentrée de mes lèvres. Il insiste plusieurs fois tout en se vidant en moi pour finir par lintroduire entièrement. Je sens toujours ses jets de foutre me remplir. Malgré la boule qui ferme mon sexe, du sperme coule le long de mes jambes. Je nen peux plus, je jouis déjà depuis plusieurs minutes sans discontinuer. Son sexe gonfle dans le mien et le rempli de plus en plus. Je fini par replier mes bras, poser ma tête sur le sol en restant les fesses bien offertes à Hector qui me remplit toujours consciencieusement. Il finit par se calmer mais reste attaché à moi. Cela dure une petite dizaine de minute avant quil me libère. Je nai pas le temps de réagir quil me lèche les jambes et le sexe. Il récupère son sperme qui coule le long de mes jambes. Sa langue se glisse de temps en temps entre mes lèvres et vient finir sur mon clitoris. Il nen faut pas plus pour que je reparte dans un nouvel orgasme. Terrassée, je finis par mécrouler sur le sol. Hector séloigne un peu, sallonge à côté de moi et se lèche le sexe pour le nettoyer. Je reste un moment sans bouger et fini par me lever. Hector revient vers moi et glisse sa truffe entre mes jambes. Apparemment, il en redemande et je ne suis pas contre un bis-répétita.

Oui mon chien, attends une seconde.

Je me remets à quatre pattes, il nhésite pas une seconde, mais contrairement à la première fois, son sexe me pourfend du premier coup. Il sactive sur moi, son sexe fait des aller-retours à une vitesse folle, je sens sa boule butter contre mes lèvres et de puissants jets de sperme me remplir la vulve. Je suis au septième ciel, mon corps est parcouru de frissons, de spasmes et je fini par jouir juste au moment où il me fait pénétrer sa boule. Pour la première fois de ma vie, je pousse un cri de plaisir en jouissant.

AAAAAHHHHH

Il continu à gonfler et à se vider en moi, encore une fois, le sperme coule le long de mes cuisses. Mais je ne peux plus résister et je mécroule au sol. Ce mouvement surprend Hector qui se laisse aller lui aussi, mais dans le mouvement, son sexe me libère dans un bruit étrange. Il séloigne sans me nettoyer et soccupe de sa bite après sêtre allongé.

Je me lève lentement, récupère ma jupe et me dirige vers la maison. Je prends une douche, ouvre mon lit en grand, mallonge pour me relaxer et fini par mendormir nue sur mon lit. Je suis réveillée en début daprès-midi par le téléphone, cest Alexandre qui mappelle.

Tu as passé une bonne journée chérie ?

Oui, excellente.

Que fais-tu ?

Je me reposais dans notre lit.

Je dors chez moi ou chez toi ?

Chez moi, tu es maintenant mon locataire, jai signé le sous-seing privé.

Ca sarrose.

Oui, et Henri et Elisa mattendent ce soir pour fêter ça.

Je ne pourrais pas être avec toi ce soir, je vais bosser jusquà vingt et une heures, au fait, comment se fait-il que tu sois au lit à cette heure-ci ?

Je suis un peu fatiguée.

Tu as vu tes copines ce matin ?

Non, chéri, ce nest pas ça, mais comme on se dit tout, je vais te dire pourquoi je suis fatiguée.

/

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire