Histoires d'inceste Histoires de sexe sœur Histoires érotiques

Oh le bel inceste ! – Chapitre 1

Oh le bel inceste ! - Chapitre 1



Cela fera bientôt deux ans que le père de Julien décéda. Julien avait seize ans lorsque la tragédie arriva.

Bien que son père manquera beaucoup à Julien, cette absence s’avèrera encore plus grande pour sa mère. Leur vie antérieure était idéale : ils vivaient dans une banlieue pavillonnaire, dans une maison avec piscine, un garage pour deux voitures et écoles proches. Tout était presque parfait jusqu’à l’accident.

 Max (son père) rentrait chez lui en voiture, tard dans la nuit quand un conducteur ivre traversa la ligne médiane et heurta sa voiture de face.

 La police déclara que l’autre voiture roulait à plus de cent kilomètres/heure.

 Les funérailles furent difficiles pour tout le monde. Les parents de Max et ceux de Sarah vinrent de tout le pays et aidaient beaucoup Julien et sa mère.

 Cependant, une fois les funérailles terminées, elle et Julien rentrèrent chez eux et supportent seuls la perte. L’accident changea radicalement leur vie.

 La mère de Julien, Sarah, repris un emploi pour joindre les deux bouts, et ils durent vendre leur maison.

 Cependant, deux ans après le décès de Max, Sarah réussit très bien dans son travail et fut chanceuse en bourse. Elle acheta une nouvelle maison pour elle et Julien, plus petite qu’avant certes, mais malgré tout très confortable. Le travail et les investissements fournirent assez d’argent pour profiter de la vie et prendre des vacances occasionnelles.

Bien que les deux années écoulées depuis l’accident aient été financièrement stables, cela restait émotionnellement difficile. Sur ce plan, elle et Julien connaissaient toujours des difficultés.

 Dès lors Ils vont s’appuyer l’un sur l’autre pour se soutenir et devenir plus proches qu’une mère traditionnelle et son fils adolescent.

 Julien Lemberg va devenir l’homme de la maison, du jour au lendemain, mais il sait qu’il ne pourra jamais compenser la perte de son père pour sa mère.

Julien est à présent un grand garçon, beau, mesurant 1m88, pesant 83 kg. Il est plus grand que la plupart de ses camarades de fac. Cependant, même s’il semble être un adolescent confiant, il est en réalité très timide et trop sensible. Bien qu’il possède de son père son beau visage, et les yeux bleus brillants de sa mère, il ne se trouve jamais à l’aise avec les filles.

 Julien souhaiterait sortir avec elles, mais chaque fois qu’il côtoie une fille séduisante, il se sent énervé et gêné. Il est plus facile pour lui d’éviter ces situations en ne cherchant plus une seule amie. En outre, il aurait presque l’impression de tromper sa mère s’il sortait avec elles.

 À présent âgé de 18 ans, Julien vient d’obtenir son baccalauréat avec mention ainsi qu’une place en fac de droit dans l’université locale. Alors qu’il ressemble à un garçon français lambda, il n’a encore jamais eu de petite amie. Sa timidité constitue un incroyable handicap pour lui.

 Cette timidité est principalement le résultat d’un léger bégaiement qu’il développa peu de temps après la mort de son père. Il cacha cet embarras avec succès à sa mère jusqu’à présent et la plupart du temps, il parvint à le dissimuler. Cependant, il a encore tendance à bégayer lorsqu’il est nerveux et trop souvent, cela se produit en présence des filles de son âge.

 Pour sa part, Sarah demeure toujours une femme très attirante.

 Elle est grande, 1m81, avec un corps bien proportionné. Cependant, comme la plupart des femmes, elle critique son physique. Elle pense que son cul est trop gros et ses seins trop petits. Sa tendance vestimentaire demeure très classique et prude pour dissimuler ses défauts.

 Mais Sarah se sent désespérément seule depuis la mort de Max.

 Bien qu’elle essaye de ne pas trop s’appuyer sur Julien, il semble être le seul à avoir vraiment compris cette solitude. Elle n’a pas à lui expliquer lorsqu’elle se sent triste, en colère, ou seule. Il devine tout d’un simple regard. Sarah pense qu’elle peut aussi lire sur son visage l’état moral et physique de Julien.

 Par pure solitude, Sarah essaya de sortir avec quelqu’un.

 Malheureusement, elle ne rencontra personne qui lui plut vraiment ni quelqu’un connecté au niveau émotionnel ou physique. Bien qu’ayant toujours eu de forts désirs sexuels, elle avait d’abord besoin de tendresse et de compréhension. La plupart des hommes avec qui elle sortait semblaient penser que parce qu’elle était une jeune femme veuve, elle sauterait dans leur lit en un rien de temps.

 Julien essaya de l’encourager à sortir et à s’amuser, mais chaque fois qu’il lui proposait de trouver une personne, elle lui disait toujours qu’il était le seul homme dont elle avait besoin, de toute sa vie. C’était presque comme si elle trompait Julien ou blessait la mémoire de Max. Bien qu’elle savait au fond d’elle qu’il était temps de passer à autre chose, elle ne pouvait oublier le passé.

 Maintenant âgée de 42 ans, Sarah travaille dur pour maintenir la famille financièrement solvable. Son travail en tant que responsable des relations publiques est certes gratifiant mais lui prend beaucoup de temps. Elle doit travailler 12 heures par jour et parfois le samedi.

 Julien demanda à Sarah de porter des vêtements plus sexy, l’ayant même convaincue qu’elle avait fière allure avec jupes courtes, hauts talons et des bas. Il lui demanda de montrer ses atouts pour progresser dans les affaires. Cela fonctionna au niveau commercial.

 Cependant, sa beauté continue d’attirer également beaucoup d’attention de la part des hommes, une attention pas forcément non désirée par elle.

 Chaque fois que Julien lui dit de sortir, elle lui retourne son conseil et lui dit que c’est à lui de sortir avec une copine.

 Sarah se préoccupe plus du manque de développement social de son fils que de ses propres sorties. Elle aimerait qu’il aille s’amuser, mais il demeure à la maison la plupart des soirs de week-end.

 Chapitre 1

 Un samedi soir, Sarah trouve Julien assis dans le salon en train de regarder la télévision comme d’habitude.

  – Julien, pourquoi restes-tu à la maison ce soir ? Pourquoi ne sors-tu pas avec quelqu’un ? Dit Sarah en s’asseyant à côté de son fils et en lui passant le bras autour des épaules.

 Ils vont avoir cette conversation presque tous les week-ends.

  – Allez maman, laisse tomber. Je n’ai pas besoin de sortir, en plus, je préfère être à la maison avec toi. C’est là sa réponse habituelle.

 Une excuse boiteuse et ils le savent tous les deux.

 – Julien, tu as besoin d’avoir des amis, tu sais, des… petites amies, dit Sarah exaspérée.

  Puis, le regardant sérieusement :

 – Je suis inquiète pour toi.

 – Tu sembles bien te débrouiller sans petit ami. Pourquoi aurai-je besoin de petites amies ? répond Julien.

 – J’ai déjà été mariée. D’ailleurs j’ai déjà un homme. Toi ! Dit Sarah en lui serrant l’épaule affectueusement.

 – Eh bien, j’ai le temps devant moi pour sortir. D’ailleurs j’ai déjà une femme. Toi ! Répond Julien souriant, plagiant sa mère avec ses propres mots.

 Sarah pousse alors un soupir de frustration.

 – Eh bien, nous faisons une belle paire, non ? S’exclame-t-elle.

— Maman, tu es ma meilleure amie, dit sérieusement Julien, blotti contre son épaule.

 – Et tu es aussi mon meilleur ami, dit Sarah en le serrant dans ses bras.

  Cependant, impossible pour elle de le laisser tranquille.

 – Tu dois sortir avec quelqu’un. Ce n’est pas sain. Affirme-t-elle

 Julien prend une profonde inspiration et émet alors un plaintif :

 – Maman…

 – Quoi ? demande Sarah

 La tête de Julien retombe sur le canapé et il ferme les yeux. Son visage s’empourpre d’embarras.

 – Ce n’est rien. Peu importe, dit-il finalement.

 – Allez, Julien… s’il te plaît, ne te ferme pas, Nous avons toujours été en mesure de parler de quoi que ce soit. N’est-ce pas ? dit Sarah, se tournant vers lui et regardant ses yeux embués.

 Julien souhaite depuis longtemps parler à sa mère de sa timidité et son bégaiement, mais il ne veut pas l’embêter avec cela. De plus, il se sent gêné de lui parler de filles. Maintenant qu’il a enfin trouvé le courage de soulever le sujet, il sait qu’il doit continuer.

 – C’est … c’est seulement que je suis… emprunté avec les filles. Je suis trop timide et chaque fois que je m’approche d’une jolie fille, je je je j’ai la langue nouée, dit Julien, les yeux incapables de rencontrer ceux de sa mère.

 Sarah est surprise mais essaye de ne pas le montrer. Elle ne l’a jamais entendu bégayer auparavant.

 – Attends une minute, tu dis toujours que je suis une belle fille à regarder et tu ne bégaies pas avec moi, s’interroge Sarah

— Je suis grave maman, Je ne sais pas quoi faire ou dire aux filles. J’ai seulement embrassé deux filles dans toute ma vie, dit Julien, sans parvenir à se retenir.

 – Vraiment ? Dit Sarah avec étonnement. Mon Dieu, il a 18 ans et il n’a embrassé que deux filles, pense-t-elle. Un puceau !

 Sarah est tout à la fois surprise et choquée. Puis une idée lui vient à l’esprit.

 – Tu aimes les filles, n’est-ce pas ?

 – Mmmmmmm ! Bien sûr que j’aime les filles, dit Julien, à présent horriblement gêné.

  Sarah soupire de soulagement.

 – C’est juste que juste que oh merde je n’ai même pas eu de vrai rendez-vous, poursuit Julien.

 – Wow Julien, je n’en avais aucune idée ! Dans sa voix, Sarah se montre incapable de cacher le choc que cela représente pour elle.

 – Je t’ai vu sortir. Tu as dit que tu sortais avec des filles. Continue-t-elle

— Je suis désolé maman, j’ai menti. Je vais à la bibliothèque ou au centre commercial. Je ne voulais pas que tu te fasses du souci pour moi. Tu en as suffisamment en tête.

Sarah réalise soudain qu’elle a trop négligé Julien depuis la mort de son père. Elle aurait dû s’en apercevoir. Elle était tellement occupée à pleurer sa propre perte, à s’apitoyer sur elle-même et à travailler pour sa carrière, qu’elle a raté tous les signes. Il est maintenant évident qu’il reste très immature sexuellement.

 Mon Dieu, comment ai-je pu être aussi stupide ? Se lamente-t-elle alors.

 Les deux restent assis silencieusement pendant un long moment. Ni l’un ni l’autre ne savent quoi dire. Finalement, Sarah va briser la glace avec une idée.

 – Julien, que penserais-tu d’une sortie avec moi ?

— Allez maman ! Sois sérieuse ! s’exclame Julien

— Je suis sérieuse. Tu es très à l’aise avec moi, alors pourquoi ne pas sortir ensemble ? Tu pourrais agir comme si j’étais ton amie. Je pourrais te dire ce dont tu as besoin pour surmonter ta timidité. Après tout, je me souviens encore de ce que les filles aiment, ajoute Sarah.

 Elle s’arrête tout à coup lorsqu’elle réalise que cela pourrait le gêner de sortir avec sa mère.

 – Euh … c’est si tu n’es pas trop gêné d’être vu avec ta vieille maman. Continue-t-elle

— Mon Dieu, tu n’es pas vieille. Tu es la plus belle femme que je connaisse ! Son visage devient rouge après ces propos.

 – Merci mon cur, tu es le plus bel homme que je connaisse. Alors, pourquoi ne pas sortir ensemble ? insiste-t-elle

 Julien va rester silencieux pendant quelques minutes, pensant qu’il serait peut-être bon pour elle de sortir. Cela constituerait pour lui une façon de l’aider.

 Soudain, il aime l’idée !

 – Bien… d’accord… je suppose que ça pourrait être amusant, dit finalement Julien d’un ton nonchalant.

 – Tu n’as pas l’air si excité, remarque Sarah avec une moue de déception.

 – Ce n’est pas ça, dit rapidement Julien. Mais… mais…

 – Qu’est-ce qui ne va pas mon chéri ?

 – Je ne… euh, ne connais pas ce genre de choses. Je… je… je… voudrais… euh … tu te sentirais stupide si je me trompais. Ce serait embarr embarrassant, dit Julien, un bégaiement dans la voix.

 – Tu ne peux rien faire pour m’embarrasser chéri, dit Sarah en tapotant sa jambe affectueusement.

 – Viens, habillons-nous, tu pourras m’emmener dîner et nous irons au cinéma.

 En passant près de la console, dans le couloir d’entrée, elle ramasse ses clefs de voiture et les lui tend.

 – Tu peux même conduire, mon garçon amoureux. Dit-elle en souriant.

— Maman ! bafouille Julien, son visage redevenant rouge. Cependant, malgré l’embarras, il est aussi excité qu’il ne l’a été depuis longtemps.

 Vingt minutes plus tard, Julien arpente nerveusement le salon, attendant sa mère. Lorsqu’il la voit descendre les escaliers, il commence à dire quelque chose mais s’arrête au milieu de sa phrase, la bouche ouverte.

 Sarah porte un pull blanc échancré, serré sur le haut, exposant la partie supérieure gonflée de ses seins, une courte jupe noire et des talons hauts. Elle espère que Julien aimera sa tenue, choisie spécialement pour lui.

 – Qu’est-ce qui ne va pas ? Demande Sarah préoccupée par le regard de son fils. Soudain, elle pense avoir commis une grosse erreur.

 – Maman, euh, euh, je te trouve te trouve… bégaya Julien en essayant de lui dire à quel point elle est belle.

 – Je vais me changer, dit Sarah, se retournant pour remonter l’escalier, craignant d’être allée trop loin en essayant de paraître jeune et "chaude".

 – Non ! Tu es très belle, lâche enfin Julien.

 Sarah se retourne en souriant.

 – Merci mon chéri, je pensais que tu étais en colère contre ce que je porte.

 – Wow, maman, j’espère que certains de mes amis me verront avec toi. Mon Dieu, ils seraient rudement jaloux ! Lance-t-il

— Eh bien, allons les rendre jaloux. Pourquoi ne m’appelles-tu pas Sarah, dit-elle avec un sourire.

 – OK Ma… euh « Sarah » répond Julien.

 « Sarah », se répète-t-il en lui-même, aimant la façon dont son nom s’est échappé de sa bouche.

 Il se précipite vers la voiture, précédant sa mère, afin d’ouvrir galamment la portière et la faire monter à bord.

  Une fois assise, Julien ne peut s’empêcher de regarder la beauté de ses cuisses alors que sa jupe se retrousse. Quand il lève les yeux, il voit sa mère lui sourire.

 Mon Dieu, elle m’a vu regarder ses jambes et sa jupe relevée, pense alors Julien. Je ne devrais même pas faire ça, se réprimande-t-il mentalement.

 Tandis qu’il conduit, Julien continue de regarder les cuisses de sa mère. Il sent une agitation entre ses propres jambes et devient soudain très confus.

 La jupe de Sarah remonte toujours plus haut sur ses jambes, révélant ses cuisses bronzées. Elle tente de l’abaisser, mais les sièges baquets de sa voiture rendent la tâche difficile.

 Julien les conduit dans un petit restaurant italien où ils se rendent à l’occasion. L’endroit est calme et intime, avec une véritable atmosphère italienne. Les tables sont recouvertes de nappes à carreaux rouges et blancs et chacune possède au centre une vieille bouteille de vin avec une bougie allumée.

 Un mandoliniste joue même de la musique.

 Le dîner va fort bien se passer, et s’avèrera très relaxant. Sarah laisse même Julien boire deux verres de vin. Elle veut qu’il se sente plus « homme ». Il ne lui manque certainement qu’un peu de confiance en lui.

 Sarah va boire un peu plus de vin que Julien. Elle se sent un peu grisée, mais aussi chaleureuse et plus détendue.

 Julien n’aura aucun mal à parler avec sa mère. Le vin lui délie la langue. En plus, il ne s’agit pas d’un vrai rendez-vous avec une copine, pense-t-il.

 Ils vont parler de la fac, d’amis, de musique, de films ; toutes les choses dont un garçon et une fille parleraient lors d’un rendez-vous. À l’occasion, Sarah lui fait remarquer des choses sur la manière dont il devrait agir à un moment donné. Comme par exemple : attendre que sa compagne soit assise avant de s’asseoir lui-même, ouvrir la porte du restaurant pour elle, etc. Elle essaye de ne pas se montrer trop critique. Sans surprise cependant, Julien n’aura pas besoin de beaucoup de coaching. Il sera un gentleman naturel, comme son père.

 Pendant un petit moment, Julien oublie vraiment que Sarah est sa mère.

 De son côté, Sarah oublie aussi pendant une courte période qu’elle est sortie avec son fils. Il semble soudainement beaucoup plus mature. Ses jolis yeux bleus brillent à la faible lueur des bougies, alors qu’il rie et que son visage s’éclaire à cet instant.

 Mon Dieu, comme il est beau ! pense-t-elle.

 Soudain, Sarah sent un petit frisson la parcourir.

 Une fois le dîner terminé, Julien accompagne Sarah jusqu’à la voiture, ouvrant d’abord la porte du restaurant et se dépêchant d’en faire de même avec celle du véhicule.

 Sarah se sent juste un peu instable sur ses pieds. Elle sait qu’elle n’aurait pas dû boire ce dernier verre de vin

 Quand Julien ouvre la portière de la voiture, voyant sa Maman se glisser à l’intérieur, il tente de ne plus regarder ses cuisses exposées. Cependant, cela lui est impossible. Quoiqu’il fasse, ses yeux se dirigent vers la zone sombre entre les jambes de sa mère. La lumière d’un réverbère fait alors fondre les ombres et Julien retient son souffle. Les jambes de sa mère s’ouvrent, révélant le haut soyeux de ses bas en nylon, ses cuisses lisses, puis une culotte en soie bleue pâle qui enveloppe délicatement son sexe. Elle marque une pause pendant une seconde avec une jambe hors de la voiture.

 Julien en est presque tétanisé, les yeux aussi grands que des soucoupes.

 – Bien, allons-nous au cinéma ou pas ? Demande Sarah.

 Remarquant à nouveau que son fils porte les yeux vers sa jupe, un autre frisson la parcourt. Maintenant, Sarah n’est plus aussi sûre que l’exposition de ses cuisses ait été un accident de sa part. Elle se sent tellement coquine ce soir !…

 Cela n’aura été seulement qu’un innocent petit amusement, se dit-elle. Le vin lui donne alors l’impression que tout va bien.

 Le visage choqué de Julien devient écarlate lorsqu’il voit sa mère le regarder à nouveau. Soudain, il a honte de son comportement.

 Si je fais cela à ma propre mère, que ferais-je lorsque je sortirai avec une vraie petite amie ? Pense-t-il.

 Au cinéma, ils vont acheter du pop-corn, puis trouver une place près de la rangée du fond. Comme le film est sorti depuis un moment, le cinéma est peu rempli. Ils disposent pratiquement la salle pour eux deux.

 Le film sera drôle et léger, les faisant rire tous les deux. À peu près au milieu de celui-ci, Julien lève son bras et le pose délicatement à l’arrière du siège de sa mère, son bras nu touchant ses épaules.

 Sarah ne manque pas de constater le geste et sent un autre délicieux petit frisson la submerger.

 À un moment où ils rient, Julien bouge son bras jusqu’à ce qu’il se retrouve autour d’elle, sa main posée sur son épaule. Sa mère le surprend en soupirant et se blottit encore plus contre son bras.

 Sarah sourit devant l’audace de son fils. Elle se sent tellement à l’aise d’être aimée à ce moment-là !… Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait ressenti une telle sérénité.

 Soudain, Julien se rend compte que ses doigts touchent la partie supérieure du sein de sa mère, à l’endroit où la chair molle est exposée. Il peut sentir son cur commencer à battre rapidement dans sa poitrine.

 Sarah sent la pression des doigts mais les laisse où ils se trouvent, car elle ne veut pas gâcher l’ambiance. En plus, il ne s’agit sans plus que d’un amusement innocent et peut-être même un accident, se dit-elle.

 Julien ne parvient plus à se concentrer sur le film. Presque sans contrôle, ses doigts commencent à bouger légèrement sur la chair tendre de la poitrine de Sarah. Le mouvement est délicat, presque imperceptible. Pourtant, Julien le ressent. Ses doigts sont comme en feu.

 Arrête ça ! Se dit-il.

 Après quelques minutes, Sarah remarque que les doigts de Julien remuent, créant un contact sensuel, presque chatouillant. Peut-être n’est-il qu’accidentel. Quand la chair de poule pigmente sa poitrine, elle sait qu’elle devrait l’arrêter. Cependant, elle ne veut pas l’embarrasser. Il ne sait probablement même pas ce qu’il fait, de toute façon. Ce n’est encore qu’une touche innocente. Cependant, les picotements qu’elle ressent entre ses jambes, ne sont pas si innocents que cela

 La main de Julien tremble alors que ses doigts deviennent plus hardis. Ils s’abaissent jusqu’à les infiltrer légèrement sous l’élastique de son haut. Maintenant, il n’y a plus aucun doute quant à savoir s’il la touche accidentellement ou non. Il n’en revient pas lui-même de son audace

 La respiration de Sarah s’amplifie. Elle désire l’arrêter, mais cela fait si longtemps que quelqu’un qui tient à elle s’intéresse à sa personne ! Le cerveau de la mère entre en conflit avec celui de la femme ; une femme en manque de contacts intimes depuis si longtemps Sarah commence à se tortiller sur son siège. Incroyablement, elle peut sentir sa culotte devenir mouillée.

 Quand elle sent que les doigts de Julien commencent à descendre plus bas, elle se relève et attrape sa main, empêchant tout mouvement supplémentaire. Cependant, elle ne se saisit pas des doigts en lisière de son haut, mais les maintient plutôt où ils se trouvent, les pressant presque contre sa peau si tendre.

 Julien pousse un soupir de soulagement que sa mère ne le réprimande pas. À un moment donné, elle lâche sa main pour prendre le maïs soufflé sur le siège à côté d’elle. Quand elle se retourne, Julien saisit l’occasion pour déplacer à nouveau ses doigts, mettant la moitié de sa main sous le haut avant qu’elle ne l’arrête.

 Maintenant, Sarah tient les doigts de Julien par-dessous son pull. Son propre battement de cur s’accélère.

 Julien a pour sa part l’impression que le sien bat à tout rompre. Son pénis se trouve maintenant dans une situation très inconfortable dans son pantalon. Il se tortille pour tenter de trouver une position plus agréable. Il ne parvient pas très bien à atteindre son sexe et le replacer dans une position adéquate.

 Sarah tient fermement la main tremblante de Julien, sachant qu’une descente de quelques centimètres supplémentaires lui permettrait de sentir son mamelon. En fait, ses doigts touchent la grande auréole brune. Elle sent ses mamelons durs, palpiter presque douloureusement. Maintenant, sa respiration se fait aussi laborieuse que celle de Julien.

 Les deux demeurent assis, presque figés. Lorsque les doigts de Sarah se resserrent, elle sent que ceux de Julien recommencent à descendre. Elle ferme les yeux et prend une profonde inspiration. Elle ressent les doigts bouger sur la surface bosselée de son auréole.

 Puis ils se séparent autour du nud de son mamelon gonflé.

 Soudain, les lumières du cinéma se rallument.

 Sarah sursaute comme si un choc électrique l’avait frappée.

 Elle retire rapidement la main de Julien de dessous son pull. Elle tremble alors qu’elle reste assise sur son siège en attendant le départ des quelques personnes présentes dans la salle. Finalement, elle se tient sur ses jambes tremblantes et se déplace vers l’allée.

 En quittant le cinéma, Julien marche derrière sa mère dans l’espoir que personne ne puisse voir son érection.

 Sarah inspire profondément, puis soupire tandis qu’elle marche dans l’allée devant Julien. Elle se demande bien pourquoi il est à la traîne. Elle jette un coup d’il en arrière et devine le problème rencontré par son jeune compagnon. Elle se retient de le regarder une seconde fois. Soudain, cela la ramène à l’époque où elle était au lycée. Tout ceci ravive tellement de bons souvenirs avec le père de Julien !…

  Le retour à la maison sera très calme. Julien n’arrive pas à croire ce qui s’est passé au cinéma. C’était comme dans un rêve. Bon sang, il avait pratiquement sa main sur le sein nu de sa mère et elle ne l’a pas arrêté !…

 Pourtant, sa gêne persiste, et il ressemble à un chien battu. Sa mère a eu la gentillesse de l’emmener en soirée et c’est ainsi qu’il la remercie !

 Sarah peine à croire elle aussi, ce qui s’est produit, et qu’elle a laissé faire. Encore une fois, elle tente de se persuader qu’il ne s’est agi que d’un innocent petit jeu. Après tout, son fils avait besoin d’un peu de confiance en lui, se raisonne-t-elle.

 Julien déverrouille la porte de leur maison, puis s’arrête et se tourne vers sa mère.

 – Merci Maman… euh Sarah, je… je… j’ai… passé un bon moment, un petit bégaiement nerveux apparaissant dans sa voix.

 – Moi aussi, Julien, tu es un grand chevalier servant, dit sincèrement Sarah.

 Julien se tient devant sa mère, sa main s’agitant nerveusement sur ses côtés. Il a presque envie de la saisir et de l’embrasser. Il garde alors son self-contrôle et demande :

 – Euh est-ce que est-ce que un mec a droit à un baiser le premier premier rendez-vous ? dit Julien nerveusement.

  Son cur bat à nouveau sauvagement. Ses genoux lui semblent plier sous lui. Comme sa mère ne répond pas de suite, il pense l’avoir choquée.

 – Eh bien, probablement pas au premier rendez-vous, mais parce que tu as été si gentil, je suppose qu’un baiser ne pourrait pas te faire de mal, répond-elle.

 L’esprit de la jeune femme hurle intérieurement « Non ! Non ! » La belle soirée et le vin mettant à mal sa résistance.

 Le cur de Julien va battre encore plus fort. Mon Dieu, tu vas le faire, pense-t-il. Tu vas vraiment l’embrasser. Soudain, il en est pétrifié.

 – Eh bien ? Dit Sarah, les yeux fermés et le cur battant à présent.

 Nous commettons une grosse erreur, se dit-elle intérieurement.

 – Je vraiment… euh… tu sais, je… je… je ne sais pas comment. Dit Julien

— Ici, dit Sarah, approchant ses lèvres de celles de son fils.

 Ses bras s’enroulent autour de son dos. Les lèvres de Julien sont dures et pressent fermement les douces lèvres maternelles.

 – Attends, dit-elle en se reculant.

 – Tu n’embrasses pas avec tes lèvres comme ça. Mouille-les et laisse-les se détendre, dit Sarah d’un ton maternel. Pourtant, il ne s’agit pas à proprement parler d’un acte de cette nature.

 Julien va procéder comme sa mère le lui demande. Il la sent poser de nouveau ses lèvres sur les siennes. Cette fois, il les détend, et accentue le contact sur sa bouche, si douce. Soudain, il est parfaitement conscient que les seins de sa mère se pressent contre sa poitrine. Humm, ses lèvres douces, son odeur Sa tête commence à tourner.

 Sarah gémit alors que sa langue glisse dans la bouche chaude de son fils. De suite, sa langue touche la sienne et un tremblement court à travers elle. Un instant, elle se perd dans le goût sucré de la bouche de son fils. Soudain, elle retire sa langue de sa bouche. Elle perd totalement le contrôle pendant quelques instants. Elle relève la tête et prend une profonde inspiration, essayant de se calmer.

 – C’était mieux, n’est-ce pas ? demande Sarah aussi innocemment que possible, un frisson incontrôlable dans sa voix.

 – Génial, on recommence ! dit Julien avec de plus en plus d’assurance, attirant de nouveau sa mère contre lui.

 Soudain, Sarah sent le pénis de son fils se presser contre son ventre. Elle frissonne d’excitation à l’idée de pouvoir encore allumer un jeune homme.

 Son esprit lui crie tout à coup : « attends ! c’est ton propre fils ! » Elle n’ignore pas qu’elle se doit d’arrêter tout ça, avant que la chose ne dégénère.

 – Arrête ! Crie presque Sarah. Puis elle réalise que cela sonne durement, et son ton s’adoucit.

 – Un seul baiser lors du premier rendez-vous. Ne sois pas gourmand, déclare-t-elle en repoussant son fils par jeu.

 – Ah, merde ! s’exclame Julien avec son sourire innocent, essayant de dissimuler à la fois son excitation et sa déception.

 Puis il redevient sérieux.

 – Mon Dieu, je me suis bien amusé ce soir. Est-ce que… nous pourrons sortir à nouveau, s’il te plaît ? demande-t-il

— Eh bien, je suppose que oui, si vous me traitez vraiment bien, dit Sarah, picorant son fils sur les lèvres une fois de plus, avant d’entrer dans la maison.

 Cette nuit, la bite palpitant dans sa main, Julien va penser à sa mère. Jusqu’à présent, tous ses fantasmes concernaient les filles de la fac. Maintenant, sa mère domine ses pensées. Il a enfin pu sentir ses seins moelleux sur sa poitrine et sa peau douce sous ses doigts. S’il avait pu déplacer sa main de quelques centimètres dans le cinéma, il aurait touché le téton de son mamelon. Même maintenant, c’est comme s’il pouvait encore sentir ses lèvres sur les siennes et sa langue dans sa bouche. Cela ne lui prendra que quelques minutes pour projeter son jus sur tout son ventre. Il va se branler trois fois cette nuit-là.

 Au même moment, Sarah s’allonge sur son lit, avec une main serrant le sein que Julien toucha. De son autre main, trois doigts vont forcer son trou vaginal. Elle va atteindre son apogée jusqu’à ce que ses doigts et les draps soient trempés de son jus.

 Puis, soudain, voilà qu’elle fond en larmes. « Mon Dieu, qu’est-ce que j’ai fait ? » Se lamente-t-elle

 Sarah va pleurer sur elle-même, avant de sombrer dans le sommeil.

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire