Histoires d'inceste Histoires de tromper Histoires porno

Surnaturel – Chapitre 4

Surnaturel - Chapitre 4



Afin de voir si les fécondations ont fonctionné afin de développer l’espèce gnoninum sur la planète terre, le roi Artonium a octroyé un certain temps de repos aux fécondateurs.

La discrétion est de rigueur, les espions rapportent régulièrement des informations auprès de ces extraterrestres venus d’une autre galaxie. Au bout de huit, neuf mois, les filles accouchent. Les bébés ressemblent à des humains puisque les gnoninums prennent une apparence humaine afin de passer inaperçu. La joie est à son comble dans la plupart des foyers. Mais l’absence paternelle laisse perplexe certaines filles ou familles. Le mystère reste entier.

Le roi Artonium ressent une fierté incroyable, le pouvoir marche et il compte bien l’étendre au reste du monde. Sa nouvelle cible est l’Europe. Il envoie comme d’habitude des gnoninums sur ce continent.

Joanius et Tritus arrivent à Londres, Ritus et Stratus à Paris, Titus et Hendrius à Rome, Géogius et Kikinus à Madrid et pour finir, Sergius et Lorius à Prague. Les dix extraterrestres se transforment en humain et parcourent désormais les villes qui leur sont attribuées.

Titus et Hendrius visitent la capitale italienne, il y a environ vingt mille personnes qui y vivent. Le soir venu, ils se trouvent un restaurant afin de dîner. Ils prennent des spécialités locales, puis la nuit essaye de trouver un éventuel night-club afin de faciliter les rencontres, mais ils rentrent bredouille.

Depuis la fin de la guerre, le pouvoir du Vatican a été diminué, mais la rigueur religieuse est beaucoup plus sévère. L’adultère ou l’homosexualité sont des pratiques qui peuvent emmener les civils en prison.

Le lendemain matin, sentant la menace de la prison pesée sur les épaules, ils visitent, mais surtout n’oublient pas de chasser leurs proies. Quand soudain, en visitant une église de quartier, une sacrée surprise les attend.

Ils sont interpellés par le curé de la paroisse, ce dernier pose une multitude de questions, sur leur origine, et une dernière proposition leur est faite, puisque l’homme d’église leur demande s’ils sont ici pour le truc. Inconsciemment, les deux extraterrestres répondent par l’affirmative.

Le curé les emmène dans une sorte de sous-sol, et là, le spectacle est complètement hallucinant. Il y a plusieurs cases de six à sept mètres carrés afin de profiter d’un moment d’adultère ou d’échangisme avec une ou un partenaire voir plusieurs. Cet homme d’église explique qu’il ne veut en aucun cas appliquer les règles imposées par le Vatican.

Titus et Hendrius partent donc à la recherche de deux proies. Les cases semblent être pleines, puis au fond, deux femmes patientent. Elles attendent leurs amants, mais visiblement ces derniers ne viendront pas. Elles sont plus en colère que triste. Leur discussion tourne autour de ce manque de respect. Les deux gnoninums se présentent d’une façon assez galante. Mais Monica et Diana leur répondent assez froidement.

Ils activent alors leurs phéromones traditionnelles, afin de déstabiliser les deux femmes. Elles sont sublimes, elles sont brunes, et ont des regards très envoutant. Elles doivent avoir la trentaine.

Titus se rapproche du bar, et attrape quatre verres. Il y déverse du Chianti et l’offre aux deux femmes. Elles ne refusent pas, et le quatuor trinque à l’amour. A présent, ils discutent de tout et de rien. Titus semble très attiré par Monica. Et cette dernière ne semble pas rester de marbre. Après tout, le lieu est réservé à des pratiques sexuelles sans lendemain. Donc autant dire clairement, que les gens ne sont pas ici pour se regarder dans le blanc des yeux.

Monica grogne et insulte son amant officiel suite à cette absence. Titus propose de l’aider afin de combler ce manque, il n’y va pas par quatre-chemins. La trentenaire l’interroge, ils ne se connaissent pas, puis petit à petit, elle libère son esprit de la contrainte qu’elle s’impose à elle-même. Surtout, lorsque le gnoninum pose une main sur la cuisse dénudée de la femme lors de la discussion.

Il effectue avec ses doigts des petites caresses malicieuses à l’intérieur du genou de Monica, puis parfois remonte légèrement. Cette action active chez elle le processus de l’envie. Petit à petit, elle se rapproche de Titus et l’embrasse. Les langues jouent ensemble, puis les gestes deviennent de plus en plus coquins. Le gnoninum caresse le dos de sa partenaire, les cuisses et à présent, le haut de la poitrine.

Il invite Monica à enlever sa veste, ce qu’elle fait sans hésitation, puis il contemple la poitrine volumineuse de cette dernière. Très rapidement, il effectue des attouchements sur ces seins, puis continue de la déshabiller.

Elle est à présent en soutien-gorge en dentelle noir face à elle. Il ne se prive pas pour y glisser la main et palper ces monts de chair d’un délice incroyable. La trentenaire sent du plaisir, elle est désormais dans l’attitude de celle qui a envie, qui a envie d’être possédé par son partenaire. Elle n’a plus ce côté hautain qui était palpable au début de la rencontre.

Titus passe une main dans le dos de Monica et dégrafe le sous-vêtement. Les seins tombent un peu, mais pas trop. Il les malaxe, aspire les tétons, les mordille puis petit à petit descend en direction de la grotte humide. Il se positionne à genou face à la femme, écarte les jambes de celle-ci, puis caresse à travers le string une fente qui est déjà humide.

D’ailleurs, il enlève le sous-vêtement très rapidement, puis plonge sa tête entre les cuisses de Monica. Il lui offre un cunnilingus d’anthologie. Il déploie sa langue immense au sein du vagin de la trentenaire, et lui titille le point g qui est facilement atteignable.

La femme se touche les seins en profitant de ce préliminaire savoureux. Le gnoninum quant à lui, à baisser son pantalon et expose fièrement sa verge à Monica.

Cette dernière commence à le prendre en bouche, le goût légèrement sucré favorise cette activité. Elle aspire le gland de son partenaire et avale la tige jusqu’à la garde.

Un peu plus loin, dans une case réservée, Hendrius et Diana s’embrassent, ce gnoninum est beaucoup plus romantique, il effeuille petit à petit sa partenaire. Elle aussi est une jolie femme, elle n’a pas une poitrine aussi volumineuse que Monica, mais l’effet est tout de même excitant.

Et elle possède un joli ticket de métro. Il lui lèche la poitrine, la malaxe un peu, puis maintenant qu’elle est complètement nue, il lui offre un cunnilingus. Bien entendu, sa longue langue permet à Diana de découvrir des plaisirs qui jusqu’ici étaient encore

inconnus. Elle ne tarde pas à jouir une première fois et à envoyer des petits jets de cyprine dans la bouche du gnoninum.

La femme saisit le membre de son partenaire, le masturbe, puis lui offre une fellation. Dans le même temps, l’extraterrestre caresse la vulve de cette dernière avec beaucoup d’attention.

Dans l’espèce de salle d’attente, Titus est au-dessus de Monica dans la position du missionnaire. La verge de celui-ci est à l’entrée de la grotte, et en donnant un coup de reins, il la pénètre. Il effectue des mouvements assez lents, tout en continuant de donner des coups de langue sur cette poitrine qu’il convoite tant. S’il le pouvait, il jouirait dessus, mais le règlement l’interdit.

Il continue donc de prendre Monica en missionnaire, puis il relève la femme. Il l’invite à s’appuyer sur les coussins du canapé, découvre une paire de fesses délicieuses, plonge une fois de plus sa langue dans le vagin de cette dernière. Ensuite, il se redresse, positionne sa verge face à la vulve puis la pénètre en levrette.

La femme exprime son plaisir en poussant des petits cris. L’écho du claquement des fesses dans cette pièce donne un côté très érotique à la situation.

Le gnoninum s’assoit sur le canapé, et Monica le rejoint. Elle s’empale sur lui, puis effectue des mouvements intenses. Elle est partie pour chercher sa jouissance, son plaisir personnel, qui d’ailleurs arrive au bout d’une dizaine de minutes. Le membre de son partenaire est brillant de cyprine. Titus positionne la femme sur le ventre, colle son sexe contre les fesses de cette dernière puis la pénètre de nouveau.

Il profite de cette position pour l’embrasse dans la nuque et aussi pour saisir cette poitrine qui le fascine tant. Les mouvements de Titus sont assez bestiaux, puis au bout de quelques minutes son sexe grossit et expulse du sperme dans le vagin de Monica.

Dans l’autre pièce, Hendrius prend Diana en levrette, et très rapidement, la femme jouit. Il saisit de la cyprine afin d’en étaler sur l’anus de cette dernière puis la sodomise. Les coups de reins sont virulents. Il faut dire que les fesses de Diana sont légèrement cambrées. Juste ce qu’il faut pour satisfaire le plaisir du gnoninum. La femme exprime son plaisir par des grognements, puis l’extraterrestre change de position.

Il se met sur le côté de sa partenaire afin de la prendre en cuillère. Il la sodomise de nouveau, puis la reprend par le vagin. Diana prend beaucoup de plaisir et le fait savoir.

Il varie les plaisirs, maintenant, les amants sont en missionnaires, et c’est à ce moment-là que le gland d’Hendrius grossit plus que de raison afin de répandre sa semence dans les entrailles de Diana.

Comme à chaque fois, les deux femmes s’endorment et les deux gnoninums sont télé portés dans la pièce principale du royaume du roi Artonium.

L’écran se met en route, comme d’habitude, les spermatozoïdes partent en direction des ovaires et y rentrent. Un seul bémol est à noter, c’est l’arrivée des forces de l’ordre.

La vidéo continue de surveiller ce qu’il se passe, le curé et les deux femmes sont envoyés en garde à vue. Elles subissent un prélèvement vaginal afin de savoir si elles ont eu une relation sexuelle. Les analyses ne relèvent pas de traces humaines, mais le liquide blanchâtre laisse perplexe les inspecteurs.

Ils font alors appel à la brigade d’enquête afin de prendre connaissance de l’origine de ce liquide. Le roi est assez inquiet, et espère que l’enquête ne mènera nulle part.

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire