Histoires d'inceste Histoires de tromper

Un petit jeu sans lendemain…. – Chapitre 1

Un petit jeu sans lendemain.... - Chapitre 1



Bonjour à tous, je me présente déjà, je mappelle Alexandra, jai 18 ans et je suis en première année de licence de Biologie à la fac !

Pour cette première histoire, je vais vous raconter quelque chose qui sest passé à une soirée, il y a deux ans de ça Bref, une amie mavait invitée à une soirée où je savais quil y aurais des mecs sexys et sympa (et oui, tout ne se joue pas que sur le physique !). Je me suis donc habillée en circonstance, dans une tenue que je qualifierai de « chaudasse timide » : en haut je portais un chemisier à carreaux noirs qui laissait légèrement apercevoir ma poitrine et en bas un mini short noir aussi, très mini comme je les aime. Mon ensemble de lingerie était noir de même à dentelles. Mon string ne se laissait apercevoir que quand je masseyais afin de ne pas non plus paraître vulgaire.

La soirée allait bon train, il y avait pas trop de monde (une quinzaine de personnes) et lalcool circulait bien, même si à titre personnel je nai pas tant bu que ça, pour être certe joyeuse et délurée mais ne pas perdre conscience de mes actes. A 2 heures du matin, tout ceux qui pouvait rentrer étaient partis, seuls ceux qui dormaient sur place restaient, soit 3 mecs, mon amie et moi-même. Après avoir passé une petite heure à tout ranger et nettoyer, nous nous sommes mis daccord pour dire que nous nétions absolument pas fatigués. Ne sachant pas quoi faire, nous nous sommes mis à regarder des conneries à la télé, zappant dune chaîne à lautre à la recherche dun programme un tant soit peu intéressant.. Au bout dune demi-heure mon amie décida dembarquer un des mecs qui restaient pour aller, disons, samuser avec lui dans sa chambre (ça fait longtemps quelle flashait sur lui, aussi, donc autant profiter de son état débriété avancé). Je restais donc seule avec deux garçons que je connaissais peu, légèrement gênée. Un des deux garçons, nommé Baptiste, proposa soudain, mine de rien, de « jouer à un jeu », le poker coquin. Vaguement intéressée, je demandai en quoi consistait ce jeu. Il mexpliqua quen fait cétait un mélange de strip poker et dactes sexuels purs et durs : en fait, celui qui avait la moins bonne main devait pour la première fois, se déshabiller, pour la deuxième fois enlever ses sous-vêtements et enfin au tours daprès accomplir en acte sexuel sur le représentant de lautre sexe ayant la meilleure main, acte sexuel qui devrait être de plus en plus « hard » au fur et a mesure que lon perdait. Et, ajouta-t-il pour me convaincre, cest tout bénèf pour toi, vu quon est que deux mecs et toi une fille, tu as plus de chance de subir que de donner. Malgré mon manque de chance habituel dans les jeux de hasard, cet argument me convainquit et je décidais de me prêter a ce jeu immoral.

On souvrit quelques bières, et à peine assis sur le canapé le jeu commença. La première distribution me fut favorable et Aurélien, lami de Baptiste se mit en sous vêtements, ce qui me permit dadmirer son joli corps, quoique peu musclé. Avec ma paire de deux, je crus à la deuxième main que jallais perdre, mais encore une fois Aurélien me sauva la mise : aura-t-il le courage de se mettre nu ? Oui, sans problème apparemment, il enlevât son caleçon pour nous dévoiler un sexe de taille raisonnable, surtout au repos. A la troisième main la chance commença a tourner, puisquavec un 9 comme carte la plus forte, je dus me soumettre au premier défi. Je me déshabillai de manière rapide, un peu intimidée par ces deux inconnus me scrutant.. Une fois rassise, je remarquai avec une petite satisfaction que visiblement me voir à moitié nue ne laissait pas Aurélien indifférent.. Baptiste dut au coup suivant se retrouver dans la même position que moi, et encore au coup daprès tout tomber. Son pénis était assez petit au repos et cela semblait le mettre mal à laise. Jessayais par quelques blagues de détendre latmosphère, dautant plus que mon état alcoolique ne sarrangeait pas. Baptiste décidément !- reperdit encore. Il ne savait visiblement pas quoi me faire, mais il pris linitiative de mallonger sur le fauteuil et de membrasser longuement en me caressant les seins. Nos langues se mélangeaient et mes tétons commencèrent à poindre, et je sentais son membre grossir entre mes jambes jusqu’à atteindre vingt bons centimètres. Il finit de relâcher létreinte et nous retournâmes à ce jeu qui devenait de plus en plus intéressant Largument de Baptiste commençait à se révéler concluant puisquAurélien perdit à son tour. Il décida de prendre exemple sur son ami et me fit la même chose, à cela près que ses doigts plus agiles sétaient insérés dans mon soutien-gorge de manière à me donner plus de plaisir. Je commençai à gémir en silence quand il sarrêta, me frustrant quelque peu.

A leur grande joie, jeus au tour daprès la moins bonne main ! Je pris mon temps pour leur pratiquer un petit strip-tease, dévoilant mes atouts féminins au dernier moment. Les deux amis étaient maintenant en pleine érection et me regardaient avec avidité. Encore ! Ma malchance me rattrapa, me faisant perdre une fois de plus. Aurélien ayant la meilleure main, je me soumis à la règle : tandis que sa langue trouvait la mienne, ma main glissa naturellement sur son pénis et commença à faire des va-et viens, alternant lent et rapide. La chaleur de sa bite faisait du bien à ma main qui ne semblait pas vouloir sarrêter. Au top de son excitation, je me relevais er retournais à ma place. Définitivement condamnée et un peu rageuse, ma main au poker était encore horrible. Vu que le hasard fait bien les choses !- Baptiste avait la meilleure main, je dus aller moccuper de lui. Je lallongeâs sur le fauteuil, aplatissant avec une main son pénis bien dur de manière à ce quil soit à lhorizontale ou presque et commençai à caresser sa queue avec mes lèvres, de plus en plus vite… Haletante, je lui dis « tu sais, mon minou à très faim » avant de me relever, en bonne allumeuse que je suis.

Quand je perdis pour la quatrième fois, bien décidée à en finir une bonne fois pour toute avec cette histoire, jenvoyais les cartes voler à lautre bout de la pièce, et je massieds sur la table basse en tailleur. Je pris une bière posée par terre, en but une gorgée et commençai à en sucer le goulot. Vu que les garçons semblaient ne pas comprendre le message, je me mis à genoux sur la moquette et dit : »les gars, le jeu est fini. Levez vous et approchez un peu de moi ». Ils ont vite pigé. Les deux queues dressées à hauteur de mon visage, je pris celle de baptiste en bouche en branlant celle dAurélien. Son goût était salé, et il semblait apprécier ma langue courant sur son gland, ma bouche chaude et petite aspirant sa bite. Pour ne pas les laisser en reste, je changeais de personne, mais pas de méthode. Jassis Aurélien sur le canapé et commença à lui donner du plaisir, tout en me mettant à genoux afin doffrir ma croupe à lautre, trop excité pour se contenter dune simple branlette.

Sans concession ni palabres, il me pénétra. Mon trou après deux bons mois dabstinence nétait pas préparé à quelque chose de si gros, ce qui eut pour effet daugmenter grandement mon plaisir Les deux hommes, ayant compris ma vraie nature, commencèrent à me traiter gentiment de « salope », de « petite pute », « chienne suceuse », etc ce qui accrut mon plaisir. Bâillonnée par une bite dans la bouche, tandis quune autre me pilonne la chatte, mes cordes vocales expriment mon plaisir par des gémissements forts.

Baptiste exhorta son copain a faire un tour derrière : « Mec, sa chatte est super étroite, tu devrais essayer son cul ! ». Aussitôt dit, aussitôt fait, Baptiste se retrouva sous moi, tenant un sein dans chaque main et les malaxant avec lintention flagrante de me faire mal tandis que Aurélien devant mon cul offert semblait hésitant : « oh, et puis merde ! une salope comme toi a du en voir dautres ! ». Sur ce il me pénétra et mon corps subit un spasme sous leffet douloureux et teinté de plaisir de ma première sodomie. Les deux queues firent leur travail, me ramonant avec violence chaque trou, à tel point que je ne pus mempêcher de crier assez fort. « Ta gueule, tu vas réveiller les autres » dit Baptiste en me fourrant mon string dans la bouche pour me faire taire. Mes gémissements reprirent de plus belle. Les deux amis, quasiment de manière simultanée, sentirent que leur jus allait bientôt devoir sortir. Je me remis donc à genoux et branlai Aurélien au niveau de ma bouche tandis que Baptiste soccupait de son engin au niveau de ma poitrine. Quelques secondes plus tard je sentis leur sperme chaud me couvrir les seins et le visage. Ne voulant visiblement mépargner aucune humiliation, ils utilisèrent leur membres apaisés afin de tout me faire avaler, puis se rhabillèrent promptement, me laissant seule étendue nue par terre. Les deux membrassèrent à tour de rôle et Baptiste dit : "On va se coucher. Bonne nuit petite traînée, et à demain "

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire