Histoires d'inceste Histoires de sexe à l'école Histoires érotiques de couples amateurs

Dorothée – Chapitre 2

Dorothée - Chapitre 2



Pendant les jours qui ont suivi cette rencontre, je n’ai fait qu’y penser, et rien que d’y penser je mouillais ma culotte, au point que j’ai fini par ne plus en mettre, Bertrand en a profité, et bien sûr pendant ce temps je pensai à cette grosse queue qui m’avait fait tant jouir.

C’est surtout la nuit, après mes rêves érotiques, ou plutôt pornographiques, je me réveillais la chatte en feu, dégoulinante de plaisir ; si au moins il était là, il pourrait se régaler, cette pensée a fini par faire son chemin dans ma tête, je ne pensai plus qu’à cela.

J’ai fini par l’appeler, pour lui dire combien j’avais envie de lui.

-viens quand tu veux, je sais maintenant que tu ne peux plus t’en passer pas vrai ?

— oui j’ai trop envie de toi !!!

-alors viens je t’attends !!

J’ai enfilé une petite robe courte que je mets à la plage, elle m’arrive à mi cuisses je prends mon sac et mes clés et je monte en voiture.

Avant de démarrer je réalise que je suis sans culotte, et que je mouille tellement que je vais tacher ma robe et par-delà même le siège.

Je prends un mouchoir dans mon sac et je me le mets dans le sexe en guise de tampon.

Tellement excitée que je ne sais pas comment je me retrouve devant chez lui, je suis devant la barrière de sa résidence et je lui téléphone pour lui demander de mouvrir, pas de réponse sauf que la barrière s’ouvre ; il devait me guetter. Je me gare et me dirige vers la porte d’entrée, quelqu’un sort le n’ai donc pas à sonner.

Ascenseur et me voilà devant la porte de son appartement, qui s’ouvre et me voilà devant lui comme une collégienne, le cur qui bat à cent à l’heure, je ne vais quand même pas tomber dans les vaps comme la dernière fois.

Il me prend par la taille pour me soutenir, la porte à peine fermée qu’il me roule une pelle d’enfer, nos lèvres sont soudées, et ma langue répond à la sienne. Tandis qu’une main me plaque contre lui, l’autre fait remonter ma petite robe, afin de malaxer mes fesses, et constater ma nudité.

Cessant son baiser il me dit : « pas de culotte c’est bien, tu étais drôlement pressée dis donc !!!!!! »

Sur ce il fait tomber les bretelles de la robe qui tombe à mes pieds, me voilà nue toute nue pour lui, pas tout à fait. En passant sa main entre mes cuisses il constate la présence du mouchoir, qu’il retire et le porte à son nez.

— toujours aussi parfumée ma chérie !!!!

Je le garde ta petite chose en dentelle n’a plus beaucoup dodeur.

Allez viens que je goûte à ta petite fente mais avant il faut qu’on la voit parfaitement

Comment ça ?

Les poils au-dessus c’est bien mais autour de tes babines d’amour ça cache tout !!!!!

Allez on va raser tout ça !!!!!

Non !!! Mais je ne veux pas !!!!!

A peine fini cette phrase que je reçois une gifle magistrale qui me laisse sans voix et sans réaction, si bien que je me retrouve allongée sur la table poignets et chevilles attachés aux pieds de la table.

Il avait tout prévu.

— Tu vas voir Bertrand va adorer ta fente de petite fille !!!

— Bouge pas si tu veux pas que je te coupe !!!

Avec les ciseaux il taille bien à ras ce que la coupe du maillot avait laissé, et puis il me savonne avec un blaireau, voyant que j’en frissonne de plaisir, il en profite pour continuer de me caresser jusqu’à la limite de jouir

Putain continus je vais jouir !!!!!

Pas sans ma grosse queue dans ton trou à bites petite salope !!!!!!

Et en tirant sur mes grandes lèvres il entreprend de finir de dénuder ma fente.

Avec de l’eau il finit de me rincer il me sèche et il passe sa main sur ma fente pour vérifier son travail.

Voilà t’es toute belle et plus nue qu’avant, tu vas voir tu vas bien sentir ma queue comme ça !!!

Il me détache et on part vers la chambre, en passant devant la grande glace du couloir, il me met face à la glace et soulevant bien haut ma jambe droite il me fait voir mon sexe glabre maintenant, il n’a même pas laissé une touffe sur mon pubis.

Regardes comme c’est beau une fente, la tienne est magnifique !!!!!! Tu vas bien sentir ma queue !!!!

Il écarte mes grandes lèvres et on peut voir ma cyprine qui nimbe mes petites babines et je vois mon clito qui sort de son capuchon, putain !!! Je fais une belle salope !!!!

Tu as vu comme tu es belle, et en plus tu coules comme une fontaine, allez viens je vais te rassasier la chatte !!!!

Pierre me soulève et en me tenant par les deux jambes bien écartées il m’emmène dans la chambre je sens son gros gland frotter entre mes babines, j’en tremble de plaisir.

T’as envie ma belle salope ?

Oui fourres moi ta grosse queue, défonces moi la chatte, vite, vite baisses moi !!!!Je vais jouir !!!!!!

Oui je vais te fourrer je n’aime pas les petites chattes au goût de savonnette, je préfère quand tu sens bon la femelle en chaleur.

Il me couche sur le lit, et immédiatement je prends mes chevilles et je m’écarte au maximum, et son gros gourdin se pose sur ma fente, il le positionne sur l’entrée de mon vagin et il me dit

— Tu es prête ma petite salope ?

— Oui vas-y bourre moi bien j’ai trop envie !!!!!!

En poussant un grand han !!! Il enfonce sa grosse matraque, et son gland vient brutalement percuter ma matrice.

Bon sang je vais partir !!!!!!

Et il retire sa bite ne laissant que son gland dans mon antre bouillant.

Et à nouveau un coup brutal au fond de ma chatte, faisant reculer mon utérus comme pour mieux absorber sa queue jusqu’à la racine. Mais cette fois la percussion de mon col déclenche mon premier orgasme, et je décharge toute ma liqueur sur sa grosse tige, ses allers et venues font entendre un bruit de clapotis, je dois être en train de lui inonder les couilles, je sens ma mouille couler sur mon petit trou, ce qui augmente mon état d’excitation, mon conduit malaxe sa bite comme si j’étais en train de le train, pour lui pomper sa sève brûlante.

— Prends-moi dans le cul !!!!!!!!!

Mais au lieu de cela il m’enfonce son pouce dans l’anus c’est comme si j’avais une grosse bite dans le vagin et une petite dans le cul.

Mais de sa main libre il fouille sous l’oreiller et puis je sens un objet raide qui tente de remplacer son pouce dans mon cul. Je pousse et l’objet rentre dans mon petit trou ; et immédiatement des vibrations dans mon conduit anal déclenchent mon deuxième orgasme, le premier vient juste de s’estomper.

Mais les vibrations au maximum du gode, et le broyage de sa bite par ma chatte, le poussent au paroxysme et il m’envoie ses giclées de semence au fond du vagin et comme il me remplit entièrement la seule place qu’il reste c’est ma matrice ; nos deux papilles l’une en face de l’autre, tout son jus pénètre avec force mon utérus et sa semence se répand à l’intérieur, le salop va m’en fourrer jusqu’aux trompes, je n’ai jamais connu ça, et je ne veux plus que savourer ça à chaque fois.

Je fini par retirer le gode de mon cul et sa bite qui ramolli fini par sortir de ma chatte avec un flop comme si on venait de déboucher une bouteille.

Il se couche à côté de moi et je me réfugie dans ses bras, je veux continuer de sentir la chaleur de son corps, continuer de goûter à se lèvres sentir ses mains sur mon corps, qu’il profite de moi autant qu’il le veut, car dorénavant je lui appartiens il peut me demander ce qu’il veut.

Au bout d’un moment il me dit « allez on va boire un café ? »

On se lève je veux me rhabiller mais il me prend par la main en disant

Restes comme ça tu es magnifique !!!!

Tu as un mouchoir ?

Pour ton petit minou qui dégouline de tout le plaisir qu’il a eu ?

Et ce faisant il passe sa main bien à plat sur ma vulve, pour bien enduire tout mon sexe du mélange de nos jus, puis il passe sa main sur mes seins pour les enrober de cette liqueur d’amour

Bon sang je suis devenue une belle salope, je prends plaisir à tout ce qu’il me fait, je vais de découverte en découverte.

Je vais au salon, je m’assoie au bord du coussin afin de ne pas le salir.

Et arrive avec les cafés

Il s’assoie à côté de moi en me disant

— écartes tes cuisses tes petits trous doivent toujours être disponibles tu ne mets plus de culotte donc tu n’es plus à ça prêt non ?

Je ferai ce que tu veux !!!

Bien, ça ta plu deux queues dans ta fente ?

Oui c’était super bon, tu me rends folle je ne pourrai plus me passer de toi.

Tu aimerais que ce soit deux vraies queues ?

Tu veux dire quoi ?

Et bien te retrouver avec plusieurs hommes, tu t’imagines trois ou quatre queues rien que pour toi, jouir en continu, avec une queue dans chaque trou.

Je ne sais pas !!!!

Mais si comme toutes les femmes tu rêves de ça !!!!

Je ne sais pas !!!!

On ne va pas te forcer je vais surveiller, mais tu vas prendre ton pied !!!!

Si tu veux, je t’appartiens !!!!!!

Il me demande de lappeler un peu en avance quand je reviendrai le voir, pour qu’il ait le temps d’organiser le gang bang qu’il me réserve ?

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire