Histoires d'inceste Histoires de sexe gratuites Histoires de sexe hétéro

Nymphrodisiaque – Chapitre 1

Nymphrodisiaque - Chapitre 1



On ne fait pas plus paisible qu’un lac cristallin dans la surface duquel se reflètent les arbres en fleur de la forêt qui l’entoure. Avec le soleil couronné de ciel bleu, le vent qui rafraîchit l’air lourd et l’odeur parfumée des frondaisons, on pourrait se croire au paradis.

Quel bonheur que de te voir transpercer l’eau dans le plus simple appareil, ta peau blanche et lisse exposée aux rayons chauds qui l’assaillent sans relâche. Mes yeux aussi parcourent ton corps et tes formes aux courbes folles, à chaque occasion qui se présente à eux.

L’eau ruisselle de tes cheveux sur tes seins lorsque tu sors du lac et j’étouffe un soupir de contemplation. Je ne peux cacher que mon anatomie réagit à cette vision sublime et se tend petit à petit, malgré la fraîcheur de la brise. L’aura chaleureuse et lascive qui émane de toi suffit à affoler mes sens, déjà mis en émoi par l’atmosphère lourd d’un jour d’été.

Tu viens t’allonger sur moi et ta bouche pulpeuse rencontre la mienne pour un baiser torride. Je sens d’entrée de jeu ta langue se faufiler entre mes lèvres et je la mordille, avant de contre-attaquer. La mienne est bien plus aventureuse : elle investit ta bouche pour ne plus te laisser que la possibilité de gémir à ce contact langoureux. Nos salives se mélangent et nos corps s’embrasent tant le désir est présent en nous. Nos mains ne mettent pas longtemps à entrer dans la danse et explorent en un rien de temps la moindre parcelle de peau nue qui s’offre à elles. De tes joues à ton cou, puis tes seins, avant de passer sur ton dos pour finir leur course sur tes jolies fesses rebondies, que j’empoigne fiévreusement.

Un grand bruit d’éclaboussure retentit soudain dans le lac et nous coupe dans notre élan. Surpris, nous voyons une forme courbe sortir lentement de l’eau puis dessiner peu à peu une silhouette féminine qui s’étire en poussant un petit cri de joie. De longs cheveux vert feuille tombent en cascade sur sa peau et recouvrent deux beaux seins ronds à la pointe dressée. Le corps de cette créature idyllique n’est que sensualité et érotisme.

Cette nymphe inespérée nous aperçoit et glisse jusqu’à nous en émettant un petit rire clair et gai. Bouche-bée, nous la voyons s’avancer vers la berge où nous sommes allongés. Sa bouche humide vient s’emparer de la mienne sans que je puisse réagir. Je suis d’ailleurs surpris que tu ne fasses rien, mais la nymphe ne te laisse pas en reste. Elle vient prendre possession de ta bouche comme elle l’a fait de la mienne et je te vois apprécier ce contact irréel comme il en fut de même pour moi.

Une chose est sûr : cette créature est une experte en matière de plaisir. Pas étonnant qu’elle n’apparaisse que pour les couples enflammés par l’envie de sexe et de sueur.

Tu te redresses, offrant ta poitrine aux mains froides et douces de notre invitée et découvrant du même coup ma virilité, jusque-là comprimée entre nos deux corps. Tu prends cette colonne de chair entre tes doigts pour la sentir palpiter et grossir jusqu’à prendre une taille impressionnante qui, je le sais, te rend folle.

Tout autant que la bouche de la nymphe qui te dévore à présent les seins pendant que tu me branles doucement. Nous gémissons en chur et la tension sexuelle monte encore d’un cran lorsque cette créature quitte ton corps pour s’attarder sur le mien. Sa langue humide se pose sur mon membre et je ne peux retenir un gémissement.

À grands coups de langue, elle recouvre mon sexe de sa salive, ce qui facilite ton mouvement manuel de va-et-vient. Tu te mets alors à me masturber furieusement tandis que mon gland est à l’intérieur de sa bouche, et votre traitement me fait me tordre de plaisir et gémir de plus en plus fort. Si bien que je suis à deux doigts de jouir lorsque la nymphe se relève en se léchant les lèvres.

Elle s’allonge sur l’herbe grasse, exposant ainsi son corps gracile au soleil comme si elle voulait s’offrir à lui. À la place, elle te fait signe d’approcher avec un petit rire et j’ai déjà une petite idée de ce qu’elle a en tête. Tu viens la surplomber de ton corps blanc superbe quand elle te fait comprendre de changer de sens. Je vous vois donc vous positionner en 69, chacune ayant l’intimité de l’autre à portée de langue. Sans attendre, elle vient goûter ton entrejambe qui ruisselle déjà de cyprine, ce qui te fait trémousser.

Voir ton cul se dandiner de cette manière en est trop pour moi et je viens, mon membre à la main, le présenter à l’entrée de ta chatte déjà toute ouverte. Encouragé par un coup de langue de la part de la nymphe sur toute la longueur de ma queue, je finis par l’enfoncer sans précipitation en toi, et tu la sens entrer progressivement jusqu’à ce qu’elle te remplisse, en long comme en large.

La bouche de la nymphe sur mes couilles et ton clito, la tienne sur l’intimité trempée de notre partenaire, je commence à te prendre doucement. Ma virilité entre et sort de ton antre et je m’efforce de contrôler mes coups de reins malgré l’excitation ardente qui fait bouillir mon corps. Je sais bien que, si je me laisse aller, il ne me faudra que quelques mouvements puissants pour jouir en toi et je veux te faire languir le plus longtemps possible.

De son côté, la nymphe gémit sans retenue et griffe tes fesses de plus en plus fort, appréciant grandement le traitement que tu lui fais subir. J’étais certain que tu étais une reine, tant pour avaler une bite que pour bouffer une chatte.

Ma queue grossit plus encore dans ton intimité et je la sors de temps en temps pour la donner à sucer à notre invitée. Celle-ci s’applique à y enlever toute trace de cyprine, buvant ta mouille goulûment. Elle est servie lorsque tu jouis puissamment, déversant ton plaisir jusque dans sa gorge, après les efforts conjugués de mon membre et de sa langue.

Cet orgasme t’a terrassée et tu te laisses le temps de reprendre tes esprits en t’allongeant dans l’herbe. Mais mon sexe est toujours tendu et durci par l’envie, et la nymphe semble vouloir en profiter. Elle m’appuie donc sur le torse et me pousse dans l’herbe, à côté de toi. Ses longues jambes fuselines se posent de part et d’autre de mon corps, et elle est prête à s’empaler sur moi.

Dressée, ma queue n’a aucun mal à la pénétrer de toute sa longueur. Sa chatte est douce, trempée et incroyablement serrée. Elle compresse mon membre avec tant de force que les sensations sont décuplées.

Mon plaisir atteint un nouveau seuil que je pensais inexistant quand tu viens m’embrasser à pleine bouche. Tu me donnes aussi tes seins à lécher et je les dévore avidement, pendant que la nymphe me chevauche à un rythme soutenu. Elle saute et s’enfonce ma queue presque avec violence à chacun de ses coups de bassin. Ses petits seins fermes et ronds bougent en rythme avec elle.

Je lui fais comprendre que j’aime ce qu’elle me fait en lui attrapant les fesses pour accompagner ses mouvements. Je m’autorise même à lui mettre une fessée, puis une autre en entendant son petit cri surpris de coquine. Nul doute que ça lui fait du bien d’être ainsi traitée.

De nouveau excitée, tu en redemandes encore et, sans attendre d’invitation, tu viens t’asseoir sur ma bouche. Je ne me fais pas prier pour te lécher avec gourmandise et bientôt vos deux voix se mêlent dans un concert de soupirs et de gémissements, donc je suis à l’origine.

C’en est trop pour moi, ma queue va exploser. La nymphe le sent et elle se retire de mon membre, qui luit de sa mouille. Après un coup de langue qu’elle passe sur ses lèvres, elle se penche et engloutit ma bite jusqu’au fond de sa gorge. Ma queue se contracte et décharge des torrents de sperme dans sa bouche. Ses joues se gonflent sous la pression de ma semence chaude et abondante, qu’elle semble apprécier de sentir sur sa langue.

Approchant son visage du tien, elle vient te rouler une pelle pleine de sperme brûlant pour te faire partager le goût de mon plaisir, et vous buvez toutes les deux ce que ma queue vient de gicler.

Avec un dernier coup de langue sur ses lèvres et un petit rire, la nymphe nous quitte finalement et nous laisse épuisés dans l’herbe, le souffle court et le corps tremblant de plaisir

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire